Archives par étiquette : ACAB

Meilleurs vœux antifascistes WIN !

On peut être antifa et pour autant d’un conformisme plat. Ainsi, FailFaf désirait souhaiter à ses lecteurs et lectrices ses meilleurs vœux antifascistes pour 2016. Et comme il parait qu’on a jusque fin janvier pour le faire, on s’y met sans tarder.

Meilleurs vœux antifascistes !

Meilleurs vœux antifascistes !

Meilleurs vœux antifascistes pour 2016 !

Régulièrement, nous mettons de côté des liens ou des images en vue d’éventuels articles. La plupart du temps, ces liens et ces photos ne sont jamais utilisés, les articles auxquels ils étaient destinés étant avortés, soit par flemme, soit par manque de temps ou encore par doute sur la pertinence du projet. Pour fêter la nouvelle année, FailFaf décide de vous balancer un certain nombre de ces liens et illustrations mis de côté durant l’année écoulée. Mais attention pas question ici d’article de fond ou d’analyse, il faudra se contenter de matière brute pour un article à mi-chemin de la rétrospective Arte et du bêtisier 2015 TF1.

20 janvier 2015

Après les attentats des 7 et 9 janvier, la réponse unanime de la bourgeoisie française n’était pas encore l’État d’urgence. La mode était alors au « Patriot Act à la française ». Si on parle de mode, ce n’est pas juste que tout le monde utilisait ce terme, c’est que beaucoup le faisaient par pur mimétisme. La meilleure preuve ? Valérie Pécresse qui lors de la grande marche républicaine du 11 janvier (celle où tous les dictateurs du monde sont venus défendre la liberté d’expression pour les journalistes réacs, par contre, le droit d’être juif sans se faire tuer par des antisémites, personne n’en a trop parlé) a demandé un fameux « Patriot act à la française ». Ce même jour, son community manager a eu la gentillesse de nous le confirmer par écrit.

Valérie Pécresse réclame

Valérie Pécresse réclame « bien entendu un Patriot Act à la française ».

Mais le propre des modes, c’est de passer vite. Si l’idée de restreindre les libertés au nom de la lutte contre ceux qui s’attaquent à notre liberté est inamovible, l’expression « Patriot Act à la française » semblait déjà Has-Been 9 jours plus tard. Pécresse rétro-pédalait donc sur le terme précisant « je ne sais même pas ce qu’il y a dans le Patriot Act américain« . Bravo le Fail ! Précisons qu’après les attentats de novembre, la réponse du gouvernement fut tant réactionnaire (État d’urgence, déchéance de nationalité…) qu’il était difficile de les dépasser dans le sécuritaire sur le thème du terrorisme. Valérie Pécresse a donc décidé de faire sa campagne pour les régionales (victorieuse) sur la lutte contre la petite délinquance enfilant les perles rares comme la prison ferme pour les fraudeurs dans les transports en commun, les tests salivaires dans les bahuts…

31 janvier 2015

Parfois, on ne peut pas s’empêcher de rire ! Ce 31 janvier était prévue une manifestation des néonazis du NPD à Fribourg-en-Brisgau. Mais la manifestation a du être annulée après que les fachos… se soient trompé de train ! Véridique, on est obligé de mettre un lien sinon on nous accusera d’affabuler. A noter que cette erreur est liée à la crainte de se faire casser la gueule par les ultras de Francfort ; en Allemagne, les ultras antifascistes sont en plein essor. D’ailleurs, un peu plus tard dans l’année, ce sont des ultras de Cologne qui dégageront d’un train le dirigeant de l’AFD.

9 février 2015

Et en Suède, comment ça va pour Pegida ? A Malmö, ils appelaient à une manifestation ce 9 février. Il y avait du monde dans la rue, plus de 5000 … antifascistes, entourant 30 pauvres fachos humiliés.

Pegida humilié par les antifa à Malmö.

Pegida humilié par les antifa à Malmö.

Plus d’images (photos et vidéos) ici.

9 mars 2015

Ce jour là, la police interpelle en Picardie 16 boneheads (skinheads d’extrême droite) du White Wolf Klan, 13 d’entre eux seront mis en examen pour violences, vols, reconstitution de groupes de combat, incendies, infractions à la législation sur les stupéfiants et tentative d’homicide. Précisons que le WWK n’est autre que le nouveau label de la section locale de Troisième Voie, l’organisation dissoute en 2013 suite au meurtre de Clément Méric et que son chef, Serge Ayoub essayait alors de faire passer pour des saints victimes de la violence antifasciste.

28 mars 2015

A Manchester, c’était sensé être le White Pride Day 2015. Reconnaissons que les différences culturelles entre nazis et antifa donnent au mot un sens différent. Ainsi, pour eux la fierté consiste à courir dans les bras des flics dès qu’on a « croisé » les antifa !

6 juin 2015

2 ans : on n’oublie pas, on n’pardonne pas ! Deux ans après l’assassinat de Clément Méric par l’extrême-droite diverses manifestation étaient prévues. A Paris, un éventail assez large d’organisations appelaient à une manifestation « en hommage à Clément, et toutes les victimes du fascisme et des violences policières » (dans un contexte lourd de répression, avec notamment les évacuations musclées de migrants).

La manifestation parisienne fut cependant assez modeste, dans les 2000 manifestants. Appliquant la logique « pas de violences policières sans policiers », les flics infiltrés dans les cortèges s’en sont parfois fait dégagér en beauté !

Les flics se font sortir du cortège antifasciste le 6 juin 2015.

Les flics se font sortir du cortège antifasciste le 6 juin 2015.

On peut réécouter différentes prises de paroles ici.

18 juillet 2015

A Columbia (Caroline du sud) le KKK avait prévu une grande manifestation. Dès leur départ de leur marche, les contremanifestants leur barrent la route, vite repoussés par des policiers particulièrement virulents avec les noirs.

Les manifestants se partage un drapeau confédéré piqué au KKK.

Les manifestants se partage un drapeau confédéré piqué au KKK.

Bien que ne pouvant atteindre directement le cortège fasciste, les contremanifestants les ont suivis et harcelés. Finalement, les fachos ont du se réfugier dans un parking souterrain sous bonne garde policière et mettre fin à leur manifestation une heure plus tôt que prévu. Ceci n’a pas empêché quelques militants du Ku Klux Klan de prendre leur content de gnons et de perdre quelques drapeaux. Photos et belles vidéos sur cette page.

4 aout 2015

2015, année difficile pour les antifascistes. La crise s’aproffondit sans que la classe ouvrière ne parvienne pour l’instant à relever la tête. Il en résulte une décomposition politique fatigante, les lignes se brouillent et la confusion est générale. Cependant dans ce tableau noir, submergent de vrais halos d’espoir. Ainsi, alors que les ZAD ont tendance à être des foires au n’importe quoi en terme de politique et à abriter quelques réacs bien flippants, celle de Bure a décidé d’être claire et saine. Alors que les parasites du 14 juillet avaient décidé d’essayer d’y faire leur nid, ils se sont fait chasser dès leur arrivée ! Par ailleurs une discussion sur le confusionnisme et le complotisme a eu lieu durant le camp d’été, en voici la présentation.

15 août 2015

National Action pensait sûrement qu’en organisant sa White Man March de Liverpool un 15 août, la réaction antifasciste serait moindre et donc le fiasco moins assuré que d’habitude.

La réussite est totale. Si on oublie que la marche en question n’a jamais pu quitter la gare et qu’après avoir perdu quelques drapeaux et laissé quelques militants sur le carreau, les fachos ont du se réfugier dans l’espace des objets trouvés le temps que la police vienne les tirer de ce mauvais pas.

La White man march sur le départ

Les fachos ont cependant vite du mettre le genoux à terre.

Les fachos ont cependant vite du mettre le genoux à terre.

Ne soyons pas mauvaise langue, un des fachos a réussi à sortir de la gare.

Ne soyons pas mauvaise langue, un des fachos a réussi à sortir de la gare

Rassurez-vous, ses amis flics ont rapidement volé à son secours.

Rassurez-vous, ses amis flics ont rapidement volé à son secours.

Danni Brooks, un des leaders du National Front aura défendu son drapeau comme sa peau

Danni Brooks, un des leaders du National Front aura défendu son drapeau comme sa peau

En vain, son drapeau peut-être porté aux objets trouvés.

En vain, son drapeau peut-être porté aux objets trouvés.

Les hommes blancs fiers se sont vite replié dans la consigne de la gare pour s'y enfermer...

Les hommes blancs fiers se sont vite replié dans la consigne de la gare pour s’y enfermer…

... jusqu'à ce que leurs amis les flics viennent leur libérer la sortie.

… jusqu’à ce que leurs amis les flics viennent leur libérer la sortie.

Le bilan est tel que le leader de National Action a promis de ne plus remettre les pieds à Liverpool : amenons les fachos à la même conclusions pour tous les lieux !

16 septembre 2015

Demandez à un membre du Front National comment il qualifie un jeune qui consomme et distribue divers psychotrope, brûle des voitures, détériore les biens de membres du FN… Il y a des chances qu’il vous réponde que c’est de la racaille. Nous dirions « un militant frontiste ». C’est en effet ce pourquoi Adrien Desport a été condamné à 3 ans fermes le 16 septembre 2015.

Autocollant du FNJ pour les élections régionales 2010 en Ile de France :

Autocollant du FNJ pour les élections régionales 2010 en Ile de France.

A noter que la fédération du-dit Adrien Desport et ses complices, le FN 77, est habitué à faire parler d’elle comme l’a rappelé la horde.

22 septembre 2015

Ce jour là à Bruay-la-Buissière dans le Pas de Calais, le FN et les identitaires appelaient à un rassemblement anti-réfugiés devant la mairie. Malgré la concomitance d’une collecte de soutien aux migrants à Lille, l’Action Antifasciste NP2C s’est mobilisé dans la journée même et devancèrent les fachos avec une banderole Refugees Welcome devant la mairie, barrant ainsi la route aux fafs et empêchant leur rassemblement.

Le 22 septembre 2015 à Bruay-la-Buissière (62), l'Action Antifasciste NP2C déjoue le rassemblement raciste prévu.

Le 22 septembre 2015 à Bruay-la-Buissière (62), l’Action Antifasciste NP2C déjoue le rassemblement raciste prévu.

Les frontistes ont du abandonner dans leur fuite leur banderole, venue gonfler la liste de nos objets trouvés.

La banderole du FN portée disparue à Bruay !

La banderole du FN portée disparue à Bruay !

28 septembre 2015

A Greifswald, au nord de l’ Allemagne la manifestation raciste du jour n’a rassemblé que 30-40 personnes, qui sont parties sans leur unique banderole !

« Pour l’avenir de nos enfants » … nous ne vous laisserons pas exister !

10 octobre 2015

Tout avait bien commencé à Preston Pour les North West Infidels. Ils avaient sortis leurs plus beaux drapeaux SS, donné la parole à ce bon vieux Paul Pitt… Et puis les choses ont commencé à déraper. Il y a eu comme un rideau de fumée, et quand celui-ci s’est dissipé, il manquait aux pauvres nazis un peu de matériel !

North West Infidels

North West infidels

North West Infidels

3 décembre 2015

Pour continuer, on peut compléter encore un peu la partie Objets trouvés du site.

Par exemple peut-être l’Action Française Lyon cherche-t-elle une banderole ?

Banderole confisquée à l'Action Française par les antifascistes de Lyon.

Banderole confisquée à l’Action Française par les antifascistes de Lyon.

Camelots, ne cherchez plus votre banderole...

Camelots, ne cherchez plus votre banderole…

Bon pour votre banderole, ce n’est pas gagné, mais pour les explications, c’est par ici.

16 décembre 2015

On l’a dit pour Bouchet et ça reste vrai pour Rajoy : ce n’est pas une baffe à une crevure qui changera la situation politique, mais ça fait parfois du bien. Ici le plus plaisant ce n’est pas tant le crochet magistral asséné par ce jeune antifasciste des Ultras Pontevedra au 1er ministre d’Espagne que le fait qu’il ait été applaudit par une partie de la foule.

 

Le Fail de l’année

Ce fail d’honneur est décerné à Claude Hermant que nous avons pu suivre de janvier à décembre au fur et à mesure des progrès de l’enquête et des révélations. Les fachos prétendent souvent lutter pour l’ordre et contre la délinquance, disent se battre contre les dangereux islamistes pour notre sécurité et affichent des valeurs de camaraderie virile et indéfectible, de sens de l’honneur… Cette figure de l’extrême-droite identitaire lilloise incarne parfaitement cette vaste blague. Il est inculpé pour avoir tenu un trafic d’arme à but purement lucratif, accusé d’avoir fourni des armes au tueur antisémite Amedy Coulibaly et qui plus est il a été révélé dans l’année que c’était un indic de la gendarmerie… No comment ! Lire plus ici ou par exemple.

Claude Hermant le facho qui a armé Amedy Coulibaly.

Claude Hermant le facho qui a armé Amedy Coulibaly

Et encore une fois : Meilleurs vœux antifascistes pour 2016, nous vous souhaitons des luttes, des luttes, et surtout des luttes victorieuses !

Paternalisme colonial FAIL

La situation des migrants sans-papiers est un parcours du combattant perpétuel. Après avoir survécu à des situations extrêmement difficiles dans leur pays, directement liées à l’oppression coloniale et impérialiste des grandes puissances occidentales et notamment de la France (misère, guerres, dictatures, répression…), après avoir survécu au « voyage » vers l’Europe dans les conditions que l’on sait, c’est un véritable exercice de survie qui les attend en France. Laissés à la rue, traqués par les flics, livrés à la faim, la maladie, maintenus hors du marché de l’emploi ou intégrés dans une spirale de sur-exploitation illégale, en but au racisme quotidien… L’asile français est bien aigre ! Tout cela, la plupart du temps dans l’indifférence généralisée !

Banderole de migrants.

Banderole de migrants.

Mais de temps, en temps, le plus souvent grâce à leurs luttes collectives, la situation des migrants refait irruption sur la scène politique et médiatique. C’est ce qui s’est passé ces derniers jours, depuis l’expulsion du campement à La Chapelle le 2 juin où des centaines de migrants campaient sous le métro aérien depuis 8 mois, sans que rien ne soit fait pour eux.

Ah, ces immigrés qui viennent profiter de la générosité du système français ! Ici le campement de la chapelle.

Ah, ces immigrés qui viennent profiter de la générosité du système français ! Ici le campement de la chapelle.

Dans ces cas là, le pouvoir double sa répression physique par une guerre de l’information. Tout est alors bon pour décrédibiliser les migrants et leurs luttes et le mensonge est la norme. Toute les instances du pouvoir s’y mettent alors en chœur, le gouvernement, la préfecture, la mairie de Paris, le parti socialiste et bien sûr la presse aux ordres ont lâché un flot continu de désinformation et de saloperies. On a ainsi pu lire et entendre ces derniers temps que les migrants en question ne voulaient pas des logements qu’on leur proposait, qu’ils n’étaient pas demandeurs d’asiles… Quand bien même ces calomnies seraient vraies, elles n’excuseraient évidemment pas le traitement qui leur est fait, mais dès qu’on laisse un peu la parole aux premiers concernés, on se rend compte que c’est totalement bidon, et c’est donc pour ça qu’on donne si peu la parole aux migrants !

Comme en 1996, quand le ministre de l’intérieur Jean-Louis Debré avait envoyé 1500 CRS (!) déloger 210 migrants de l’église Saint-Bernard avec une violence inouïe, le gouvernement affirme aujourd’hui agir « avec humanité et fermeté ». Petit quiz, dans les éléments suivants, lesquels relèvent de l’humanité et lesquels de la fermeté : les coups de tonfa, les gaz lacrymogènes, les migrants jetés au sol et traînés par les jambes jusqu’aux cars de flics, les internements en CRA, les expulsions sommaires, le fait d’être chassés des qu’ils s’installent quelques parts, de mettre un seul point d’eau et deux toilettes là où des centaines de migrants survivent, de chercher à séparer à tout prix les migrants, la destruction de leurs seules affaires, de leurs papiers…

« Humanité et fermeté » : la dialectique gouvernementale peut casser des gueules. Frédéric Vielle, militant du NPA et CGT, venu soutenir les migrants s’est heurté aux tonfas, il a de multiples fractures à la face et devra être opéré après la résorption de l’hématome. Le parisien, dans sa folie mensongère a essayé de le faire passer pour un flic blessé par les manifestants.

Vous avez deux minutes pour répondre, nous on abandonne.

Depuis l’occupation jeudi 11 juin de la caserne Chateau-Landon (immense bâtiment appartenant à l’Etat, vide et inutilisé), la désinformation et la calomnie ont pris une autre tournure, puisqu’elles viennent également d’une partie des organisations se présentant comme soutiens des migrants dans leur lutte : EELV, PG, PCF… Bien sûr l’enjeu pour ces organisations n’est pas le même que pour le gouvernement et le PS et donc la calomnie n’est pas la même non plus. Ils ne ciblent pas directement les migrants mais préfèrent s’en prendre à une partie de leurs soutiens : « gauchistes », « trotskystes du NPA », « anars », « totos », « autonomes anarchistes » « énervés », « opportunistes », « récupérateurs »… Le rôle de FailFaf n’est pas de prendre la défense de ces militants (qui n’en ont nul besoin), même si on comprendra bien que ce sont avant tout les militants de terrain, les révolutionnaires et les antiracistes conséquents qui sont ciblés. Nous allons quand même relever rapidement et démentir quelques unes des contrevérités les plus évidentes que nous avons vu fleurir cette fin de semaine. Mais surtout, et c’est le but principal de cet article, nous allons démontrer que derrière ces apparentes querelles de chapelles, c’est bien vis-à-vis des migrants que ces attaques font preuve d’un mépris crasse !

L’armada réformiste s’est opposé de toutes ses forces à l’occupation de la caserne (avec l’inefficacité que l’on a pu voir). Pour se justifier, on les a ainsi vu affirmer sans honte que les gauchistes avaient manipulé les migrants, pris des décisions en leur nom et les leur avaient imposées, que la caserne en question était insalubre, pleine d’amiante, sans eau ni sanitaires. Que les gauchistes avaient amené les migrants à refuser les super possibilités de logements que les élus avaient dealé avec les autorités. Que les gauchistes n’avaient pas hésité à attaquer violemment les élus et leurs militants pour imposer leurs choix aux migrants, qu’ils cherchaient juste à se faire de la pub en débarquant sur une lutte dont ils étaient absents jusqu’ici, qu’ils provoquaient par opportunisme une conflictualité stérile nuisant aux migrants…

Les soutiens devant la caserne Chateau-Landon occupée.

Les soutiens devant la caserne Chateau-Landon occupée.

Nous reviendrons plus tard sur la question démocratique et les accusations de manipulation. Sur la caserne elle-même, il y avait contrairement à ce qui a été dit des toilettes et des lavabos où les migrants et leurs soutiens ont pu se laver à l’eau et au savon. Contrairement au parc où les réformistes voulaient les envoyer, les migrants y bénéficiaient d’un toit pour s’abriter des intempéries. Quant à l’amiante, il s’agit vraisemblablement (d’après les informations partielles dont nous disposons) d’un coup de bluff dénué de fondement. La caserne n’est sûrement pas un palace, et on peut évidemment rêver mieux en terme de salubrité, mais c’est de toute façon mille fois mieux que les campements en plein air qui font le quotidien de ces migrants depuis des mois, où ils multiplient les maladies liées aux conditions sanitaires, à l’exposition au froid et à la pluie. Quant aux agressions subies par les élus et leurs proches pour imposer des choix aux migrants, on touche le fond en terme de propagande. Oui, c’est vrai, ils ont été un peu bousculés. Pourquoi ? Parce qu’ils se sont mis en chaîne au travers de la route pour empêcher les migrants de poursuivre la manif vers la caserne ! Sans compter qu’il faut manquer totalement de décence quand, alors que les migrants subissent ce qu’ils subissent, que les flics se sont déchaîné envoyant plusieurs manifestants à l’hôpital, on utilise le terme de violence … pour dénoncer une légère bousculade sans coups portés ni conséquences physiques !

La réalité est simple, ces mensonges ne servent à couvrir qu’une seule chose : les élus réformistes et leurs quelques pantins voulaient à tout prix éviter toute conflictualité avec leurs amis du pouvoir en place. Par idéologie, parce que si ces gens reconnaissent la prédominance du rapport de force dans les luttes pour arracher de petites victoires et des améliorations minimes des conditions de survie, ils perdent le rôle central de leurs élus et de leurs négociations de salon, mais surtout par opportunisme, pour garder les meilleures relations possibles avec leurs véritables amis qui ne sont pas les migrants mais leurs collègues élus socialos. D’ailleurs ils le disent clairement dans l’humanité : le but était « la garantie d’une négociation sereine avec la Ville » !

Mais alors quid de ces histoires de manipulations des sans-papiers par les gauchistes ? De manière préliminaire, notons que cette notion est traditionnellement utilisée dans deux cadres précis : les mobilisations des migrants (on se rappelle par exemple que les mêmes saloperies étaient sorties lors de l’occupation de la bourse du travail par la CSP 75, occupation à laquelle les gros bras de la CGT avaient mis fin en attaquant eux même les occupants pour les déloger !), et les mobilisations de jeunesses et particulièrement de lycéens (les adversaires de leurs mobilisations, qu’ils soient de gôche, de droite ou d’extrême-droite expliquent toujours que les lycéens ne savent pas pourquoi ils se battent et qu’ils sont manipulé par des gauchistes aux intérêts politiciens). En fait, on parle de manipulation pour les mobilisations de personnes considérées comme sous-citoyens, comme facilement manipulables car considérées comme n’ayant pas la capacité intellectuelle et politique de déterminer eux-mêmes leurs luttes, leurs revendications et leurs modalités d’action. La plus belle illustration du mépris complet des migrants comme sujets politiques, nous l’avons prise sur un article de France TV : « Dans la foule, les migrants, qui ne parlent pas français pour la majorité d’entre eux, n’ont pas l’air de saisir les batailles politiques à la gauche de la gauche dont ils sont l’objet. Sourires aux lèvres, ils chantent à tue-tête « So, so, solidarité » ». La presse d’État est ainsi pleinement sur la même longueur d’onde que les « soutiens » réformistes : les migrants ne mènent pas bataille, ils sont l’objet d’une bataille politique, à laquelle ils ne comprennent rien, et en bons noirs qu’ils sont, ils se contentent donc de chanter et de sourire (parce que ces gens là, madame, ils ont quand même une bonne humeur naturelle en toutes circonstances, ils sont simples mais ils savent vivre!). Les choses n’ont pas beaucoup changé depuis les expositions coloniales et les commentaires médiatiques les accompagnant.


Malien sans-papier expulsé de la Bourse du travail par rue89

Sur le déroulé de la journée, on peut lire (avec leurs défauts respectifs) cet article de Paris-lutte.info et celui-ci du secrétariat jeune du NPA. Si vous voulez vomir un coup ou vous rendre compte que de l’époque stalinienne l’huma a perdu le verbiage lutte des classes mais pas les méthodes d’intox et de calomnies, lisez ceci.

Ce qu’il faut savoir, c’est que c’est lors d’une réunion au Bois Dormoy le mercredi 10 juin au soir que les migrants ont décidé qu’ils exigeaient d’être logés avec un toit sur la tête et tous ensemble pour ne pas être éparpillés. Ces décisions ne sont pas le fruit de manipulations gauchistes mais d’un processus démocratique purement auto-organisé entre migrants. Parce que oui, ces gens là savent s’organiser entre eux, savent prendre leurs propres décisions et faire vivre une démocratie directe. Pendant ce temps, les élus EELV, PG et PCF et quelques bureaucrates, décidaient seuls dans leur coin, sans les migrants que ça serait vachement bien de les envoyer dans le parc Eole, remonter un campement de fortune en plein-air. Le jeudi 11, ce sont donc bien ces réformistes qui ont tenté de manipuler (en jouant sur les peurs) des migrants pour les faire monter dans des cars à l’encontre des décisions qu’ils avaient pris entre eux. Quand l’huma explique que les gauchistes ont « désorganisé le SO de la manif » et « poussé les migrants » pour les contraindre à l’occupation, il faut comprendre que le soit disant SO de la manif, ce sont les militants principalement du PCF qui se sont mis dans le travers de la route pour empêcher la manif d’aller à la caserne, en conformité avec la décision des sans-papier d’aller vers un toit pouvant accueillir la majorité d’entre eux. Les seuls migrants qui ont été poussé l’ont été par ce SO autoproclamé qui n’était pas celui de la manif mais celui destiner à empêcher la manif d’aller à son terme.

Quant à l’AG qui s’est tenue dans la caserne, oui les soutiens participant à l’occupation qui le voulaient ont participé, et oui, les barrières linguistiques compliquent parfois l’exercice démocratique. Mais c’est bien dans ce cadre que l’ensemble des migrants présents dans la caserne étaient réunis, débattaient et cherchaient la meilleure solution. Pendant ce temps là, les élus dont l’huma vante tant l’action, snobaient totalement le cadre démocratique des migrants pour mener à leur sauce avec les représentant de la pref et de la mairie coupables de la situation « des négociations sereines » en présence d’un seul migrant, choisi par ces élus et non par ses pairs. Bref cherchaient une solution dans le dos des migrants et en harmonie avec la mairie et l’intérieur, contre les migrants.

Ces tristes sires sont sempiternellement des ennemis de la démocratie directe dans les luttes, et cherchent toujours à diriger à la place des travailleurs et des opprimés en lutte. Mais quand il s’agit de migrants (ou, nous en avons parlé, de jeunes), leur paternalisme ne prend plus la peine de se draper d’un tant soit peu de vernis démocratique, ils assument pleinement leur mépris des migrants qui encore plus que le reste de la classe ouvrière, sont considérés comme des objets de batailles politiques qui sont l’apanages des petits élus français de la grande République. Entendons-nous bien, il peut y avoir sur les différentes mobilisations des bisbilles politiciennes entre réformistes et « gauchistes », et dans ces bisbilles, les groupes révolutionnaires formels et informels peuvent très bien avoir leur part de tords et de manipulation. Mais ce à quoi nous avons assisté ce jeudi, ce n’est pas principalement à ça. C’est une lutte entre l’auto-organisation des migrants, avec le soutien de la majorité des présents dont des militants d’extrême gauche contre quelques manipulateurs élus et leurs proches s’opposant de tous leurs poids à la lutte des migrants.

Sans-papiers en lutte lors des grandes grèves en 2011.

Sans-papiers en lutte lors des grandes grèves en 2011.

In fine, l’occupation de la caserne et le rapport de force qu’elle a permis d’instaurer n’ont pas été totalement inutiles. Ce sont finalement 110 personnes et non pas 60 comme prévues initialement qui ont pu bénéficier de vrais logements décents, avec nourriture, soins … Pour autant l’heure n’est pas à la satisfaction mais à la poursuite de la mobilisation : les 110 migrants ne sont logés que pour « quelques jours », des centaines d’autres dorment encore à la rue, au fameux parc Eole notamment mais aussi éparpillés, entre autres quartier Austerlitz mais pas seulement.

Il est important de maintenir le rapport de force mais aussi de poursuivre les actes de solidarité concrète : présence auprès des migrants, collecte de nourriture, de vêtements, de couvertures et matériel de camping… Cette solidarité et cette mobilisation ne doit être l’apanage de personne, elle doit être ouverte à toutes et tous, militants ou non, gauchistes, rien-du-toutistes ou réformistes (y compris membres ou sympathisants des organisations ciblées ci-dessus (EELV, PCF, PG) s’ils sont là pour lutter sincèrement au côté des migrants et il y en a, cet article ne vise pas à monter une cabale contre les membres d’une sensibilité politique mais à dénoncer les vils agissements d’un quarteron d’élus et de bureaucrates qui ne pèsent rien dans la mobilisation et sont bien plus intégré aux appareils d’Etat qu’à la lutte des opprimés), mais surtout, elle doit être clairement en soutien des migrants. C’est-à-dire que ce ne doit pas être des soutiens qui luttent pour les migrants, mais bien des soutiens qui comme leur nom l’indique appuient, renforcent la mobilisation des migrants. Cette mobilisation doit être celle des premiers concernés, guidée par leurs décisions, selon leurs modalités ! Quelle que soit l’hypocrisie de certains signataires, l’appel unitaire à la mobilisation peut et doit être un appui, a condition de rester vigilant en permanence. Un rendez-vous émerge notamment pour une manifestation mardi 16 juin à 18heures au départ du 18ème arrondissement.

Par ailleurs, au-delà du travail dans l’urgence, nous ne devons pas perdre de vue des objectifs qui paraissent peut-être plus lointains mais qui sont la condition sine qua non pour que la situation ne se reproduise pas à l’infini : régularisation de tous les sans papiers, ouverture des frontières, contre l’impérialisme et le néocolonialisme retrait de l’État français des pays d’Afrique et de son ingérence économique, militaire et politique, réquisition des logements vides et un toit pour toutes et tous, quelque soit le statut, la nationalité…

Dégager les provocateurs fascistes WIN

Même à l’étranger, les fachos français s’invitent dans les manifestations progressistes. Mardi 26 mai, c’est Laurent Ozon qui s’est pointé à un rassemblement de sans-papier à Bruxelles dans le but évident de chercher la baston. Laurent Ozon est un des principaux tenants français de l’écolo-fascisme. Après avoir grenouillé quelques temps avec une partie de la nouvelle droite, il s’est rapproché des identitaires, ce qui n’a rien d’étonnant au vu de sa principale marotte, le localisme (il est le fondateur et le président du mouvement localiste identitaire Maison Commune). À l’occasion du congrès de Tours du FN en janvier 2011, il est directement catapulté au bureau politique du Front National par la toute nouvelle présidente du FN, Marine Le Pen. Il y est délégué à la formation, mais devient surtout le M. écologie du Front National et est pendant quelques temps de plus en plus en vue. Mais ça ne durera pas car son obsession pour l’immigration cadre mal avec la politique de dédiabolisation du Front et qu’il apprécie peu de se faire recadrer par sa présidente. Dès le mois d’août de la même année, il quitte donc le FN après avoir été désavoué par Marine Le Pen suite à des propos trop ouvertement racistes. Depuis, Ozon fait ce qu’il aime le plus : être le chef et cracher sur les immigrés, il est ainsi le président du faible mouvement pour la remigration.

L’appel de son mouvement à venir perturber le rassemblement des sans-papier, n’a pas soulevé les foules, si ce n’est Ozon lui-même. On voit bien à quel point ce mouvement est une coquille vide servant juste à ce mégalo à exister.

L'appel du mouvement remigration à venir perturber le rassemblement.

L’appel du mouvement remigration à venir perturber le rassemblement.

Comme le relate la LCR, l’intention belliciste de Ozon, ne fait pas le moindre doute et le sens de « perturber » est évident puisqu’il s’est tout bonnement pointé au beau milieu du rassemblement de sans papier pour se mettre à beugler sans sono « « Ici c’est chez nous, vous n’avez rien à faire ici ! ». Les sans papiers et leurs quelques soutiens ne l’ont évidemment pas laissé causer bien longtemps de la sorte.

Mais Ozon est peut-être con mais pas tout à fait fou. Faute de troupes, il s’était adjugé pour l’occasion les services d’une mini milice locale et s’était trouvé 4 membres de Nation (groupe nationaliste-révolutionnaire de Belgique francophone) pour lui servir de gros bras.

Les 4 agresseurs de Nation prenant la pause (photo tirée de l'article de La Horde)

Les 4 agresseurs de Nation prenant la pause (photo tirée de l’article de La Horde).

Il avait cependant probablement vu un peu juste car les sans papiers ont eu une très bonne réaction déterminée et surtout très collective et la bagarre déclenchée par les fachos n’a pas duré bien long avant qu’ils ne doivent s’enfuir comme le montre la vidéo ci-dessous (elle aussi due à la LCR-SAP). Cette fois pas de SO philofasciste pour venir aider les fachos !

Pour voir la vidéo cliquer ici !

En l’occurrence, le coup d’éclat d’Ozon tient surtout du ridicule coup de cuillère émoussée dans l’eau. Mais Ozon a immédiatement après appelé à réitérer ce genre de tentative et, de pareils abrutis tombent un jour sur une manif un peu moins apte à la riposte immédiate, ou s’ils arrivent à être plus nombreux et mieux équipés, ce genre d’initiative peut toujours se révéler dangereuses.

D’où la nécessité d’être toujours vigilants et de toujours agir sans tarder, sans leur laisser le temps d’instaurer de panique notamment. Frapper vite, frapper fort, un bon faf est un faf mort !

On conclura en rappelant (lire le compte-rendu de la LCR) que comme toujours le comportement des flics est puant. De réelles suspicions existent sur le fait que ce ne soit pas eux qui ont rencardé les fachos sur le lieu du rassemblement (qui n’était pas public), ils ont évidemment laissé les nervis foutre la merde tranquillement, pour se retourner ensuite contre les sans-papier quand ils ont viré les fafs, avant de taper tranquillement la discute avec Ozon. Dans notre lutte contre les fachos, il faut avoir toujours en tête que les flics ne sont jamais de notre côté, jamais. Ils peuvent ponctuellement (même si ça devient rare) protéger d’une attaque de faf, voir filer des infos sur les mouvements de fafs, ils peuvent ponctuellement s’opposer aux fachos. Mais in fine, ils ne sont jamais du côté des antifascistes ni des principale victimes des fachos ; les racisés. Chaque fois qu’on fait confiance à un flic en tant qu’individu ou à la police en tant qu’institution, chaque fois qu’on leur file un renseignement ou qu’on coopère avec eux, on créé une faille qu’on leur dévoile et qu’ils ne manqueront jamais d’exploiter.

Solidarité Paris – Ferguson WIN

De Paris à Ferguson : ACAB. RIP Mike Brown. Par l'Action Antifasciste Paris Banlieue.

Tag de solidarité avec Mike Brown, jeune noir assassiné par les flics à Ferguson dans le Missouri.

Parce qu’à Paris comme à Ferguson, en France1 comme aux USA, la police, bras armé de l’État, assassine souvent impunément les pauvres, surtout quand ils sont noir ou arabes,

Parce que la solidarité de classe doit être internationale,

Big-up pour ce tag de l’AFA Paris Banlieue.

  1. sur les crimes policiers en France, ruez-vous dès septembre chez les bons libraires pour acheter l’ouvrage collectif Permis de tuer, chroniques de l’impunité policière

    Permis de tuer, chroniques de l'impunité policière

    Permis de tuer, chroniques de l’impunité policière

    []

Rassemblement Anti-racailles FAIL

Le 22 juin, quelques incidents ont éclaté à la suite de la victoire de l’équipe de football d’Algérie face à la Corée du sud. Des incidents, on l’a vu, totalement gonflés par l’intox d’extrême-droite et bien souvent provoqués par les flics eux-mêmes, comme à Roubaix, ou comme relaté ici, à Lyon où les flics n’ont pas supporté l’idée que les supporters pauvres et souvent issus de l’immigration sortent de leur quartier ghetto pour rejoindre le centre ville. Encouragés par leur succès d’estime sur internet, mais un peu vexés par le résultat de leur tentative d’agir dans la vraie vie qui ne fut pas de tout repos pour eux (voir la fin de l’article de La Gale), les identitaires ont voulu ratisser large en organisant un  » rassemblement anti-racailles  » lors du match Algérie-Russie, 3 jours plus tard.

Initié par Génération Identitaires (qui fait du buzz médiatique son unique marque de fabrique), son porte parole en tête, l’initiative est vite relayée par l’ensemble de l’extrême-droite, de l’UMP à jeune nation, comme nos amis Frank Guiot et Gabriac, en passant par des membres du FN, des cathos intégristes …

Exemples de comptes twitter ayant relayé l'appel au rassemblement anti-racailles.

Exemples de comptes twitter ayant relayé l’appel au rassemblement anti-racailles.

Comme on pouvait s’y attendre, l’initiative a rencontré un succès indéniable … sur internet, la page Facebook comptant actuellement 9000 Like.

Mais du virtuel au réel, le pas à franchir est parfois un pas de géant pour nos touts petits fachos. Pour juger de la réussite de leur rassemblement, le mieux est encore de laisser la parole aux fachos eux-mêmes.

Rassemblement anti-racailles : nous partîmes des milliers et nous arrivâmes à 8 ou 10.

Nous partîmes des milliers et nous arrivâmes à 8 ou 10.

Ils le disent eux-mêmes, malgré une couverture médiatique tout à fait injustifiable (le JT de TF1, rien que ça), leur initiative a été un flop total. Et désolé pour Sami Leretour, ce n’est pas que la page Facebook qui perd toute crédibilité, ce sont les fachos dans leur ensemble.

Une fois n’est pas coutume, les antifa sont plus cléments avec les fachos que les fachos eux-mêmes puisque le GALE parle d’une vingtaine de fachos en tout (mais éparpillés en plusieurs groupes). Pour le reste, ils confirment une humiliation totale de quelques fachos noyés dans une masse déterminée, obligés de courir et se cacher bien souvent. Plus de détails ainsi que le récit de la répression policière du 25 juin (car contrairement aux assertions des fafs, les violences policières sont au RdV) par La Gale.

Alerte antifasciste lundi 30 juin !

Ne gâchons pas notre plaisir, il y a de quoi rigoler de ce Fail magistral. Cependant, ce serait un grand tord que de considérer comme acquis que tout ira bien. Tout d’abord, le premier risque pour celles et ceux qui souhaiteront dans les temps à venir descendre dans la rue pour soutenir une équipe qui a le malheur non seulement de ne pas être la France, mais qui plus est d’être « arabe », vient bien entendu des forces de l’État. La répression a déjà tourné plein pot, mais la suite risque d’être encore bien pire, le préfet  annonçant par exemple pour ce lundi une réelle militarisation de Lyon.

Mais même des guignols nazillons, il faudra toujours se méfier tant qu’ils ne seront pas exterminés. Tout d’abord, même en étant peu nombreux, leur tactique peut évoluer et on n’est jamais à l’abri d’une petite ratonnade dont ils sont amateurs qui frapperait des personnes isolées et vulnérables. De plus, on sait que les mobilisations ont un côté aléatoire et peuvent vite passer de l’échec cuisant à la réussite (et vice-versa). Or, s’il est une qualité (?) qu’il faut reconnaître aux fafs, c’est un certain entêtement.

Dans le cas présent, ils persistent et appellent à des rassemblements le lundi 30 juin non seulement à Lyon, mais aussi à Lille, Roubaix, Maubeuge, Lens, Paris Champs-Élysées, Paris Barbès, Marseille et Nantes comme nous l’indique leur médium favori.

Pour l’occasion, à Lyon les fachos ont revu leur communication et n’appellent plus à un  » rassemblement anti-racailles  » (trop évidemment synonyme de volonté de ratonnade) mais à fêter le parcours de l’équipe de France. De même, à Roubaix, ils essayent de faire croire qu’ils sont contre les casseurs en général, publiant même des articles donnant la parole à des algériens qui condamnent les violences, à Babès, ils tentent le très consensuel « contre la violence ». Cela dit, les visuels utilisés et les commentaires sur les pages FB ne laissent aucun doute ni sur le public visé et le racisme inhérent aux initiatives, ni sur l’envie d’en découdre (enfin plutôt sur le fantasme d’en découdre en ayant largement le dessus !). Sans compter que leur camarades d’autres villes n’ont pas pris les mêmes gants.

Au final, le visuel et le mot d’ordre laissant le plus clairement voir la volonté des fachos sont encore ceux des lyonnais dont l’ironie sans aucune finesse laisse clairement entendre les velléités de ratonnade.

Ils ne se fouteraient pas un peu de notre gueule les anges de la cyber-réalité nazillone ?

Ils ne se fouteraient pas un peu de notre gueule les anges de la cyber-réalité nazillone ?

Il est primordial de ne pas laisser le moindre espace aux fachos ce lundi soir, les laisser agir en toute impunité serait leur offrir une occasion de reprendre la confiance, ce qu’on ne peut pas se permettre. A Lyon, leur échec du 25 tient en partie à l’important travail des antifascistes qui ont préalablement sensibilisé la population par voie de tractages, discussions… et qui par leur présence (d’ailleurs largement diffusée par les fachos qui tentent de faire croire à une manipulation des populations ignares par de machiavéliques antifascistes qui sont les vrais fascistes) ont aidé à repérer les fachos et à les interdire de séjour.

La coordination libertaire antifasciste de Lyon appelle à la mobilisation contre les violences policières et les menaces des fachos.

Ce lundi, partout en France et principalement dans les villes sus-citées, les antifascistes doivent s’organiser entre eux et se mobiliser massivement auprès de la population afin d’aider les personnes descendues dans la rue à ne pas se faire arrêter ni blesser par les flics, à faire respecter leurs droits, à débusquer et chasser les fachos !

Baccalauréat antifa FAIL

Les jeux de l’été se poursuivent sur FailFaf. En cette période du baccalauréat, nous vous proposons de passer une épreuve un peu particulière, celle de premier ministre.

Sujet :

Vous êtes à la tête du gouvernement, parmi les nombreuses revendications auxquelles vous devez faire face, choisissez à qui vous devez donner satisfaction, sachant que la déclaration de principe de votre parti stipule :

Art. 1

Être socialiste, c’est ne pas se satisfaire du monde tel qu’il est, c’est vouloir changer la société. L’idée socialiste relève, à la fois, d’une révolte contre les injustices et du combat pour une vie meilleure. Le but de l’action socialiste est l’émancipation complète de la personne humaine.

Art. 2

L’égalité est au cœur de notre idéal. Cette volonté n’a de sens que par et pour les libertés. Egalité et liberté sont indissociables. Aux injustices et aux violences du monde, l’idée socialiste oppose un engagement pour une humanité libre, juste, solidaire, fraternelle. Elle porte un message universel, dès lors qu’il s’agit de défendre les droits fondamentaux de chacun et de tous

—————————————————————————————————————————————-

Propositions

1/   Les étrangers vivant en France, soumis aux lois françaises et aux décisions politiques françaises et leurs soutiens, qui réclament le droit de vote comme il le leur a été promis lors de la dernière campagne présidentielle, comme il le leur avait déjà été promis pendant la campagne présidentielle en 1981.

2/   Tous les fachos, de Boutin à Gabriac, qui exigent que soit maintenue l’inégalité entre couples hétéros et couples lesbiens en refusant que la PMA (Procréation Médicalement Assistée) soit ouverte à ces derniers comme elle l’est aux hétérosexuelles.

3/   Les cheminots, les postiers, les intermittents et précaires, tous les travailleurs en lutte pour la défense de leurs conditions de vie et de travail, pour le service public, la redistribution des richesses …

4/   Civitas, la soralienne Farida Belghoul et toute la clique de fachos sexistes et homophobes qui exigent d’arrêter l’expérimentation de l’ABCD de l’égalité, programme dont la mission principale était de « transmettre des valeurs d’égalité et de respect entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes ».

5/   Les groupes et associations Trans, qui réclament depuis des années la dépathologisation de la transidentité et l’abolition de toutes les discriminations transphobes exercées par l’État (pour la liberté du changement de la mention de sexe à l’état-civil, l’arrêt des mutilations des enfants intersexes, le droit à disposer de son corps et l’autodétermination de genre…).

Réponses en images

(cliquer sur les illustrations pour en savoir plus)

1/

Baccalauréat FAIL : Bernard Cazeneuve enterre le droit de vote des étrangers

Baccalauréat FAIL : Bernard Cazeneuve enterre le droit de vote des étrangers

2/

Baccalauréat FAIL : La manif pour tous se félicite de l'abandon de la PMA

Baccalauréat FAIL : La manif pour tous se félicite de l’abandon de la PMA

3/

Baccalauréat FAIL : les cheminots en grève réprimés

Baccalauréat FAIL : les cheminots en grève réprimés

4/

Baccalauréat FAIL : Benoit Hamon va enterrer les ABCD de l'égalité.

Baccalauréat FAIL : Benoit Hamon va enterrer les ABCD de l’égalité.

5/

Baccalauréat FAIL : Droit des trans' ; l'Europe épinglée par Amnesty International.

Baccalauréat FAIL : Droit des trans’ ; l’Europe épinglée par Amnesty International.

Police nationale FAIL

Depuis quelques temps, la police à décidé de prendre à bras le corps le problème de son image qui n’est pas toujours reluisante. Certes pour l’instant la vision des flics par la population reste largement positive, mais le problème est qu’elle va se dégradant, malgré la continuelle propagande.

3 français sur 4 ont encore une bonne image de la police.

3 français sur 4 ont encore une bonne image de la police.

Et puis heureusement pour la police que beaucoup de français sont racistes parce que sinon, le taux de confiance chuterait sacrément vu qu’ils ne sont pas loin de la moitié à penser que les flics font de la discrimination vis-à-vis des personnes d’origine étrangère.

45,7% des personnes interrogées pensent que la police discriminent les français d'origines étrangères

45,7% des personnes interrogées pensent que la police discriminent les français d’origines étrangères

Ça c’est un peu embêtant quand même, parce que ça va à l’encontre de la propagande républicaine selon laquelle la police est là pour défendre les belles valeurs de notre république que sont la liberté, l’égalité et la fraternité.  Manquerait plus qu’un jour tout le monde finisse par comprendre que la police n’est là que pour défendre le pouvoir des dominants sur les dominés !

Mais il y a plus grave, les flics ont le blues et le moral dans les chaussettes. Ainsi, un sur deux serait psychologiquement épuisé et plus d’un sur dix se dit au bout du rouleau (si vous vous en foutez, rappelez-vous quand-même que ces gens ont des armes). En cause parmi d’autres facteurs, l’impression d’être mal-aimés (59,2% pensent avoir une mauvaise image auprès de la population) et d’être dénigrés par les média (87%). Que ceci ne corresponde pas à la réalité (puisque les 3/4 de la population affirme accorder sa confiance à la maison parapluie et que la presse passe son temps à lui cirer les paraboots) est de peu d’importance car c’est le ressenti qui compte et qu’à ce rythme là, ça risque de nuire sacrément à l’ambiance et à l’efficacité de l’armée schtroumpf.

ACAB, flics porcs assassins

La police a donc décidé de s’attaquer sérieusement à ce déficit d’image qu’elle lie à un déficit de communication, une forme d’opération dédiabolisation si on veut. Un moyen de moderniser la communication était d’investir plus les réseaux sociaux, alors pour rapprocher la communication des citoyens, des comptes twitter ont été créés pour les différentes directions départementales ; modernités et proximités seraient les mamelles d’une communication efficace. Comme pour chaque département a ainsi été créé un compte de la Direction Départementale de la Sécurité Publique d’Ille et Vilaine.

Compte twitter de la DDSP 35.

Compte twitter de la DDSP 35.

Las, les Community Manager, même de la police, sont des êtres humains avec leurs faiblesses au nombre desquelles on compte l’humour. Un humour parfois douteux qui semblent directement inspirés des blagues de Dieudonné sur la Shoah et les juifs.

Voici donc la blague qu’a postée le compte Police nationale 35, le samedi 3 mai, soir de la finale de la coupe de France de football perdue par le Stade Rennais face à ses voisins guingampais.

L'humour policier !

L’humour policier !

C’est drôle de comparer le lieu où les supporters déçus vont pisser à un endroit où ils se lamentent sur leur sort d’éternels supporters déçus. Le problème est que la blague, appuyée sur un jeu de mot, comporte une toute autre dimension. Pour info, le mur des lamentations est le principal lieu sacré accessible au public pour les personnes de confession juive ! En somme, comme si on mettait une photo d’un endroit où tout le monde vomit et qu’on disait, pour rire bien sur, que c’est la basilique Saint-Pierre du Vatican. On pourrait même la faire publier dans Charlie Hebdo, à condition de mettre aussi une photos d’étrons et de légender « la kaaba » parce que pour Charlie, l’important est d’être vulgaire en s’attaquant aux musulmans.

Sur twitter, il y a toujours quelqu’un pour le dire quand ton humour ne passe pas. Ça n’a pas manqué ce coup ci et plusieurs internautes ont signifié au compte police nationale qu’ils trouvaient légèrement offensant de voir comparer le principal lieu sain d’une religion à un lieu servant de pissotière à des footeux déçus. Plus tard dans la soirée, la police nationale 35 a donc posté sur twitter ses excuses :

Les excuses du CM de la DDSP 35

Les excuses du CM de la DDSP 35

Suivi d’un autre message adressé à deux des plaignants.

Les excuses continuent.

Les excuses continuent.

Alors là oui, d’accord. Il faudrait vraiment être un grincheux pour ne pas admettre. Déjà, c’est par rapport au football uniquement (sous-entendu pas à la religion), c’est donc intouchable. Et puis comme l’indiquent les guillemets, c’était un jeu de mot sur le terme « lamentations », donc c’était de l’humour. Et ça, c’est imparable, si c’est de l’humour, c’est pas méchant, c’est pas antisémite, on peut pisser à la gueule d’une religion si c’est de l’humour. D’ailleurs, la défense est exactement la même que chez Dieudonné « C’est pas de l’antisémitisme, c’est de l’humour ». Au ministère de l’intérieur, on sait bien que personne n’aurait jamais songé à interdire les spectacles humoristiques de Dieudonné sous prétexte qu’ils sont antisémites. En plus, on ne peut qu’être vraiment rassuré, puisque le CM de la DDSP 35 présente ses excuses. En plus du banal « désolé », on a le droit à un Mea Culpa, issu du Confiteor, ce qui prouve quand même que la police respecte les religions, enfin au moins une !

Allons, au final c’est plutôt rassurant de voir que dans la police, c’est des gens comme les autres, qui font de l’humour, des erreurs et flirtent habilement avec l’antisémitisme. D’ailleurs, comme le CM de la DDSP 35 semble être un sacré gai luron, on l’inviterait bien à un barbecue, un de ses quatre.

Un commissariat du XIIIème arrondissement de Paris.

Un commissariat du XIIIème arrondissement de Paris.

Un commissariat de Villiers-le-Bel

Un commissariat de Villiers-le-Bel

On vous servira une spécialité grecque de poulet rôti à la flamme.

Colère réactionnaire FAIL, antifascisme révolutionnaire WIN

En janvier, ils étaient environ 16 à 20 000 à défiler dans les rues de Paris au son de slogans antisémites et racistes, agressant les journalistes… Forts de cette réussite, les fachos de jour de colère avaient annoncé « une deuxième saison » pour ce week-end du 5 et 6 avril. Le but était cette fois-ci de décentraliser la mobilisation en organisant des manifestations dans 8 villes de province (ils entendent par là les autres régions que l’Île-de-France) afin de pouvoir mobiliser plus de monde. Le résultat est sans appel, la tôle des fachos ce week-end est comparable à celle des socialos le weekend précédent, c’est pour dire. En effet, sur neuf initiatives, ils n’ont pas rassemblé 1000 personnes. L’organisation regroupait pourtant tout ce que la France peut compter de fachos, dans toute leur diversité. On y retrouvait des ultra libéraux se revendiquant des mouvements « pigeons » ou « bonnets rouges », des antisémites à la mode Pétain de jeune nation (resucée des Jeunesses Nationalistes soit-disant dissoutes), des antisémites plus modernes (et parfois même issus de l’immigration, quelle horreur aux yeux des précédents), soutien de Dieudonné, des électoraliste du FN et des boneheads du MAS, des royalistes, des cathos intégristes, des identitaires… Sur l’ensemble des villes, l’échec est cuisant, sans exception. L’autre constante, c’est le mal que s’est encore et toujours donné la police pour protéger les nazillons. Petit tour de France des Fail des fachos de ce weeekend.

Jour de colère à Tours ?

La manifestation antifasciste à Tours, le 6 avril

La manifestation antifasciste à Tours, le 6 avril

Comment ça un cortège antifasciste ? Et pas la moindre photo de fachos tourangeaux pour illuster cet article ? Pas même Pierre Louis Mériguet s’adonnant au lancé de chaise, son sport préféré ? Il n’y a pas de photo du Jour de colère saison 2 à Tours, tout simplement parce que la manifestation initialement prévue n’a pas eu lieu. Quelques jours avant la manifestation, Jour de Colère 37 a finalement annoncé qu’ils annulaient leur manifestation et appelaient à rejoindre celle de Nantes. Les raisons données ? Les craintes liées à un appel à contre-manifester et à leur incapacité à assurer leur propre sécurité. Un premier Fail pour les fachos donc, mais aussi et avant tout contre tou-te-s celles et ceux qui disent régulièrement que la mobilisation antifasciste ne sert à rien, que les manifs et contre-manifs, c’est inutile.

Les antifascistes tourangeaux auraient pu se contenter de cette première victoire et rester au chaud chez eux. Mais ils ont choisi de maintenir la mobilisation prévue et ont occupé la ville en l’absence des fachos partis gouter l’air nantais. Un cortège de 150 antifascistes a mené une manifestation dynamique, émaillée de violences policières qui ont causé deux blessés. Voir le compte-rendu du Collectif Antifasciste Tourangeau.

Jour de colère à Bordeaux

Bordelais, craignez leur colère !

Bordelais, craignez leur colère !

Ok, on va être honnête, nos deux valeureux militants en colère (et féminine mais pas féministe) ont reçu le renfort de quelques congénères, ce qui leur a permis de défiler dans les rues … à au moins 40 !

Jour de colère à Caen

Jour de colère 2, à Caen

Jour de colère 2, à Caen

Cette fois, pas de blague. On vous promet que cette photo montre bien l’ensemble des fachos mobilisés pour le jour de colère à Caen. Si on excepte les passants dans le fond et les fonctionnaires de police (ce qui est certes très discutable, mais comme ils sont payés pour y être, ça ne compte pas), le décompte précis n’atteint pas 20 manifestants ! Nous ne nous étendrons pas sur l’unique slogan inscrit sur leur banderole.

Jour de colère à Dijon

« Sans fachos, la fête est plus folle »

Le défilé facho dijonnais parait vivant à côté du tableau caennais. Il y avait dans l’est de nombreuses banderoles et drapeaux, presque autant que de manifestants. La seule banderole siglée était celle du Parti de la France, derrière laquelle défilait un manifestant portant d’ailleurs fièrement le T-Shirt de génération identitaires, probablement la version faf du métissage. Parmi les drapeaux, outre ceux de la manif pour tous, on dénombrait aussi des drapeaux français, un drapeau floqué du cœur vendéen et un drapeau breton, sûrement l’internationalisme à la mode fachos. Les slogans étaient aussi hétéroclites, des slogans antisémites (visant entre autres Rebsamen, le maire de Dijon), des slogans racistes (visant Valaud-Belkacem, Désir et surtout Taubira), des slogans homophobes, d’autre contre les francs-maçons… Pour un peu, les fachos auraient presque pu s’estimer satisfaits. Sauf qu’en fait, ils étaient à peine 50. Sauf qu’en face, les festivités antifascistes ont réuni plus de 500 personnes place Wilson. Sauf que nos glorieux combattants en colère n’ont pu défiler que grâce à la très forte présence policière qui a maintenu à distance la contre manifestation antifasciste qui se serait fait un plaisir de les dégager de là !

Les CRS ont parfois payé de leur personne pour protéger les fachos

Les CRS ont parfois payé de leur personne pour protéger les fachos

Jour de colère à Lille

A Lille, la mobilisation était organisée par un militant frontiste. Civitas, les identitaires et surtout un « gros » cortège d’une vingtaine de militants du Mouvement d’Action Sociale (MAS) étaient visibles. En tout une centaine de personnes, plutôt déçues de ne pas être plus.

Jour de colère à Lyon

Alexandre Gabriac est-il caché derrière ce drap ?

Alexandre Gabriac est-il caché derrière ce drap ?

Lyon se veut un peu ces derniers temps la capitale de l’extrême-droite radicale. Accordons-le leur, au jeu de « qui a la plus grosse », les lyonnais ont battu leurs camarades des autres villes (normal pour la capitale des gaules). En même temps, c’est surtout inquiétant pour les autres villes. Car, loin des milliers de manifestants espérés, le GUD, les identitaires, Jeune Nation etc… n’étaient pas plus de 300, tout compris !

Jour de colère à Montpellier

A Montpellier, ce n'est clairement pas l'extrême-droite qui tenait la rue !

A Montpellier, ce n’est clairement pas l’extrême-droite qui tenait la rue !

Montpeul, c’est le pays de la ligue du midi, et donc le bastion du Réseau Identité. C’est aussi à quelques kilomètres de Béziers qui a connu récemment la victoire électorale de Robert Ménard sous les couleurs bleues marine. Le Front National ainsi que la famille Roudier et ses troupes identitaires étaient bien présents, et ont ainsi pu partager la débâcle d’une centaine de fachos dans une ville où défilaient plus d’un millier d’antifascistes !

Jour de colère à Nantes

Nantes a donc reçu le renfort des fachos tourangeaux. La capitale bretonne accueillait donc toute l’extrême-droite de Bretagne, des Pays-de-la-Loire, du Centre… Malgré cela, ils n’étaient pas 150 à brailler leurs obscénités. Les hommens se sont donc caillé les miches pour pas grand chose et les nationalistes pas très fixés (la banderole de tête proclamait « français en colère » mais n’était suivie que de drapeaux bretons) ont tout le temps de réfléchir à leurs paradoxes. Pendant ce temps, la police a su faire régner l’ordre (demain l’ordre nouveau ?) en interpelant « préventivement » une quinzaine de militants antifascistes pour éviter que ne soit perturbée la marche fascisante.

Jour de colère à Paris

Si on était sympa, on ne parlerait pas de Paris. Il faut dire que cette saison deux (et mon petit doigt me dit que ça devrait être la dernière) était consacrée à la province. Pourtant, des appels à se rassembler devant l’hôtel de ville et les mairies d’arrondissement (pour y jeter du PQ, waouh…) existaient. Rien devant les mairies d’arrondissement, une quinzaine de supporters de Dieudonné venus prendre la pose avec leur ananas et en faisant des quenelles, le ridicule ne tue pas… on confirme !

Jour de colère à Toulouse

Mais si, regardez bien, il y a une manif derrière le SO, loin dans le fond !

Mais si, regardez bien, il y a une manif derrière le SO, loin dans le fond !

20 fachos cagoulés à faire le service d’ordre autour d’un capitole vide. Au fond, même pas autant de fachos rassemblés derrière leurs banderoles illisibles du public. Le voilà l’immense jour de colère toulousain, celui qui devait servir aux masses populaires à s’élever contre la dictature socialiste.

En face, un cortège antifasciste coloré et animé a réuni 250 toulousains et toulousaines. Ils ont pu affirmer l’espoir révolutionnaire face au « parti du désespoir contre-révolutionnaire » qu’incarne le fascisme de jour de colère. Mais que les lecteurs fachos (et ils sont nombreux, je les vois) se rassurent pour leurs amis toulousains : cette fois, les flics sont intervenus suffisamment tôt et avec suffisamment d’ampleur pour leur éviter la moindre confrontation, puis les ont généreusement exfiltré, comme au bon vieux temps. La répression policière se solde par 9 interpellations, 5 gardes-à-vue et 2 blessés chez les antifascistes, à suivre pour la répression judiciaire. Compte-rendu détaillé sur le blog de l’UAT.

Le cortège antifasciste à Toulouse

Le cortège antifasciste à Toulouse

En guise de conclusion provisoire :

1. Contrairement aux fantasmes dystopiques de certains, les fachos ne sont pas emportés par une spirale de réussite croissante sans limite. La période leur réussit et ils savent se servir des possibilités qui leurs sont offertes, pour autant, ils sont loin de devenir hégémoniques, sont eux aussi confrontés à leur manque de perspectives claires, à leur dissensions, leurs difficultés stratégiques…

2. Là où les antifascistes ont réellement organisé la mobilisation, elle fut réussie, nettement plus que celle des fachos. En soit, c’est déjà une victoire, pas uniquement symbolique, qui va leur faire perdre un peu d’assurance et donc d’initiative. En plus, comme on le voit à Tours, la mobilisation antifasciste n’est pas inutile, il y a moyen par notre entêtement à renvoyer les fachos chez eux. Nous devons à tout prix occuper le terrain, être à l’offensive sur tous les fronts, être porteurs de valeurs et de projets. Leurs avancées sont faites de nos reculs, heureusement nos avancées font aussi leurs reculs.

3. On le répète sans cesse, mais les flics ne sont et ne seront jamais de notre côté. Le fait qu’ils aient gazés trois fachos homophobes au moment des manifs pour tous n’en fait pas des alliés. Sur le chemin de notre combat antifasciste se dressera toujours l’État et son bras armé. Nous devons le savoir et préparer notre combat contre les fachos et contre l’État et ses serviteurs. Serviteurs qui ne peuvent donc pas être nos alliés, on ne peut à la fois militer dans des collectifs avec les organisations au pouvoir, combattre leur politique raciste et leur flicaille.

22 mars : tour du monde antifasciste WIN

Bim, un article de CR de la journée internationale de lutte antifasciste du 22 mars … plus de 15 jours après ! Désolé, on sait que les internet vous ont habitué à l’information immédiate, mais ici, ce n’est pas BFN-TV. On travaille à son rythme et on livre ce qu’on veut quand on le peut. Alors, si il y a des infos que vous aviez déjà, sautez 3 lignes, on vous a quand même trouvé quelques infos et photos sympas, et puis l’avantage d’un compte-rendu, c’est que ce n’est jamais dépassé. Deux ou trois semaines après, ça n’a pas changé et il y a toujours nécessité à essayer d’en tirer des conclusions et analyses.

Le 22 mars 2014, une journée internationale de lutte antifasciste était appelée par les militants grecs de Keerfa (voir leur appel). L’idée d’une journée où les antifascistes passent de l’internationalisme symbolique à sa transposition en acte en montrant qu’au delà des frontières les antifascistes sont unis dans un même combat contre de mêmes ennemis était plus qu’intéressante. De plus, la situation spécifique grecque (Aube dorée, puissance des mobilisations sur place…) donnait aux antifascistes de ce pays une sorte de légitimité les rendant plus aptes à voir leur mot d’ordre repris à l’échelle mondiale.

Pour autant, la difficulté à réussir ce genre d’appel réside dans les agendas et donc les rythmes de mobilisations qui sont différents d’un pays à l’autre et même, au sein des pays, d’une ville à l’autre. Il suffit pour s’en convaincre de faire le tour des principales mobilisations antifascistes qui ont eu lieu dans la semaine précédent le 22 pour s’en convaincre.

Par exemple, à Tokyo, le 16/12, le mouvement d’extrême-droite nationaliste et raciste (particulièrement envers les coréens) Zaitokukai organisait une parade et les antifascistes japonais ont décidé de les contrer en organisant un « mur humain antifasciste » inspiré de ce qui se fait tous les ans à Dresde. A une échelle évidemment moindre qu’en Allemagne, la mobilisation antifasciste fut une victoire puisqu’ils étaient trois fois plus nombreux que les fachos.

Manifestation antifasciste à Tokyo le 16/3

Manifestation antifasciste à Tokyo le 16/3

Manifestation antifasciste à Tokyo le 16/3

A Londres, United British Patriot espérait asseoir sa position de nouvelle première organisation faf britannique (profitant des multiples scissions de l’EDL) en organisant une « marche sur le parlement » sous le nom d’ English Volounteer Force (EVF). Réunissant à peine 100 personnes, les fachos ne doivent leur relative intégrité physique qu’à la protection policière qui a préféré s’en prendre aux 150 antifascistes présents qu’aux fachos qui voulaient soit-disant marcher sur le parlement. On dénombre 13 arrestation chez les antifascistes, mais on ne fera pas même semblant d’être surpris (compte-rendu plus complet ici).

Contre-manifestation antifa à Londres le 15/03

Contre-manifestation antifa à Londres le 15/03

Flicaille dépêche toi, les fachos ont besoin de toi

Flicaille dépêche toi, les fachos ont besoin de toi

Dans la série mort aux vaches (ou plutôt de la paradoxale mais néanmoins structurelle collusion des clowns fascistes et de la police républicaine, soi-disant ennemis), on peut glisser deux mots sur le bar franquiste Casa Pepe à Santa Elena, en Andalousie, qui n’a compté pour rester entier que sur un impressionnant dispositif policier lors du passage de la Columna Andaloucia (nom d’une des marches qui a convergé vers Madrid où 2 Millions de personnes ont manifesté contre l’austérité et le capitalisme le 22/03. Ce nom est un hommage à la milice anarchiste du même nom pendant la guerre civile de 36-37).

Le bar franquiste Casa Pepe lourdement protégé par la garde civile

Le bar franquiste Casa Pepe lourdement protégé par la garde civile

Aux états-unis, les nazis appelaient sur internet à une grande marche suprématiste le 15 mars, décentralisée dans chaque État et intitulée « White Man March » à laquelle ils prétendaient même donner une importance mondiale dans la lutte contre le métissage qui menacerait la race blanche.

La première leçon qu’on peut en tirer, c’est que leur mobilisation a été microscopique. Six connards à un carrefour à Birmingham,  en Alabama, deux pour tenir une banderole le temps d’une photo à diffuser sur internet dans le Kentucky et à Branson dans le Missouri …

L'immense manifestation suprématiste de Branson, Missouri

L’immense manifestation suprématiste de Branson, Missouri

La deuxième leçon, c’est que par contre dans plusieurs États, les antifascistes se sont très bien mobilisés et ont humilié les néonazis. En Arizona, les nazis devaient manifester à Tempe, dans la banlieue de Phoenix. Deux cortèges antifascistes, l’un de type black bloc, l’autre plus familial, ont massivement convergé vers le lieu prévu par les nazis qui ont du annuler.

Manifestation antifasciste à Tempe, Arizona

Manifestation antifasciste à Tempe, Arizona

Scénario similaire dans l’Oregon

Dans l’Illinois, les antifascistes attendaient les nazis qui avaient RDV à 16h à Centralia. A l’heure dite, un seul nationaliste s’est pointé et a du repartir comme il a pu sous les coups de poings et les gaz lacrymogènes. Brandon Lashbrook, l’organisateur, affirme pour sa part être venu et avoir défilé … à 18h et seul avec sa copine (résumé ici) !

A Istanbul, l’heure était à la rage mais pas à la fête pour les antifascistes qui participaient le 15 mars aux funérailles de Berkin Elvan, jeune antifasciste de 15 ans assassiné par les flics. 2 Millions de personnes ont célébré ses obsèques la rage au ventre. Loin de faire profil bas, la flicaille turque a été fidèle à elle même, arrêtant 417 personnes, en blessant 52.

2 Millions de manifestants aux obsèques de Berkin Elvan

2 Millions de manifestants aux obsèques de Berkin Elvan

En Suède aussi, l’ambiance était à la tristesse autant qu’à la combattivité. Suite à l’agression par des néo-nazis de plusieurs militants féministes, antifascistes et socialistes le 8 mars à Malmö plusieurs d’entre eux ont été gravement blessés à l’arme blanche. Parmi eux, Showan Shattak ultra supporter de Malmö FF, particulièrement engagé dans la lutte antifasciste et contre l’homophobie dans les stades, a été poignardé et est toujours plongé dans le coma. Dimanche 16 mars, ce ne sont pas moins de 10.000 personnes qui ont manifesté leur solidarité et leur haine antifasciste à Malmö.

Des manifestations ont également eu lieu au Danemark, à Hambourg et dans différentes villes suédoises comme Göteborg, Luleå ou Umeå…

Le 16 mars, 2000 manifestants antifascistes à Goteborg, #KampäShowan

Le 16 mars, 2000 manifestants antifascistes à Goteborg, #KampäShowan

En France la principale cause de manifestation cette semaine là peut paraître plus futile, mais il était nécessaire de ne pas laisser le Front National faire sa campagne tranquillement sans riposter. De plus, comme à Lille où les antifascistes ont relayé le mot d’ordre Kampä Showan, ces manifestations contre le FN étaient aussi l’occasion de mener d’autres campagnes.

Manifestation antifasciste lors de la venue de Marine Le Pen à Lille le 20/03/2014

Manifestation antifasciste lors de la venue de Marine Le Pen à Lille le 20/03/2014

Bref, on ne va pas passer des plombes à lister toutes les mobilisations qui ont eu lieu de par le monde cette semaine là, ces quelques exemples suffiront à montrer qu’elles ont été nombreuses et chacun comprendra bien l’inconvénient ; les forces mises dans la préparation de ces mobilisations éparses n’étaient pas mises dans la construction de la journée internationale du 22 mars. Pourtant, malgré cet éparpillement, la date du 22 mars a été prise en charge rigoureusement dans de nombreuses villes du monde entier.

Affiches d'appel à quelques unes des manifestations pour le 22 mars

Affiches d’appel à quelques unes des manifestations pour le 22 mars

Vous trouverez ci-dessous quelques chiffres et photos des différentes manifs dans le monde, triées par pays, dans l’ordre alphabétique. Il n’y a pas de quoi crier victoire, la mobilisation, très inégale, était globalement très insuffisante. Les initiatives prises le même jour n’étaient pour autant pas réellement coordonnées ni coorganisées d’un pays à l’autre. Mais la proximité des thèmes abordés, la nécessité partout affichée de devoir s’en prendre à la main qui le nourrit (le capitalisme) pour un jour tuer le fascisme, les dizaines de milliers de manifestants au travers le monde… sont un signe d’encouragement à faire mieux chaque jour. Derrière le fascisme, se cache le capital, la lutte antifasciste, est internationale !

Allemagne

A Berlin, une manifestation dynamique et combattive a réuni un millier d’antifascistes sur lesquels une violente répression policière s’est abattue.

Angleterre

A Londres, environ 6000 antifascistes ont défilé jusque Trafalgar Square

A Londres, environ 6000 antifascistes ont défilé jusque Trafalgar Square

Brésil

Les antifascistes brésiliens étaient surtout mobilisé par la grande journée antifasciste du 1er avril, 50ème anniversaire du coup d’état fasciste. ça ne les a pas empêché d’organiser des manifs plus ou moins importantes le 22 à São Paulo, Rio de Janeiro, Florianopolis, Campinas, Bauru, Cuiaba, Recife, Fortaleza, Sobral, ou encore Criciuma. La plupart de ces manifestations portaient soit sur l’anniversaire du coup d’état, soit étaient des contre-manifestations face à des « marches des familles » organisées par des fachos (toute ressemblance avec des évènements survenus en France…).

Ils n’étaient que quelques dizaines à Campinas :

ou encore à Fortaleza :

Mais plus de 1500 à São Paulo :

A Rio de Janeiro, les flics ont attaqué le cortège antifa, sous l’œil ravi des fachos qui réclamaient le retour de la dictature :

(plein de photos et vidéos ici).

Catalogne

"Unité contre le sexisme et le racisme" Ils étaient 5000 à défiler à Barcelone malgré la concurrence de la manif centrale à Madrid qui a regroupé 2Millions de personnes.

Corée du sud

En Corée du sud aussi, le 22 mars a mobilisé

En Corée du sud aussi, le 22 mars a mobilisé

Danemark

A Copenhague, un millier d'antifascistes ont tenu le pavé

1000 manifestants contre le fascisme et le racisme à Glasgow
1000 manifestants contre le fascisme et le racisme à Glasgow

Euskadi

Ils étaient plusieurs centaines d'antifascistes dans les rues de Bilbao

Ils étaient plusieurs centaines d’antifascistes dans les rues de Bilbao

La manifestation devant la prison de Baiona (Bayonne)

La manifestation devant la prison de Baiona (Bayonne)

États-Unis

A Chicago (1ère photo) et à New-York (2ème photo) des antifascistes ont manifesté vers le consulat de Grèce.

Bilinguisme de rigueur pour la manif antifa de Chicago

Bilinguisme de rigueur pour la manif antifa de Chicago

 France

A Avignon aussi, les slogans antifascistes ont résonné malgré une pluie battante !

A Avignon aussi, les slogans antifascistes ont résonné malgré une pluie battante !

A Nantes, ils étaient 200 derrière cette magnifique banderole

A Nantes, ils étaient 200 derrière cette magnifique banderole

Une centaine de personne a défilé derrière la banderole du Bloc AntiFasciste de Nancy

Une centaine de personne a défilé derrière la banderole du Bloc AntiFasciste de Nancy

A Paris, l’Union Nationale des Sans-Papiers a été à l’initiative d’un appel assez large. La préparation a été prise en charge assez rigoureusement par certains groupes. Par exemple, outre les traditionnels tracts et affiches, la communication des semaines précédentes s’est appuyée sur des supports plus inhabituels : banderoles, tags …

Banderole déployée la semaine précédent la manif

Banderole déployée la semaine précédent la manif

 

A Paris, ils étaient 3000 à manifester à l'initiative de l'Union Nationale des Sans-Papiers

A Paris, ils étaient 3000 à manifester à l’initiative de l’Union Nationale des Sans-Papiers

(On trouvera un compte-rendu complet ici, ainsi qu’une vidéo et quelques photos).

La coordination sans-papier Bretagne s’est saisie de la date du 22 pour organiser un rassemblement devant le Centre de Rétention Administrative de Saint-Jaques-de-la-Lande, à côté de Rennes. 250 à 300 personnes sont venues y dénoncer toutes les expulsions et le principe même de la rétention administrative.

Manifestation contre toutes les expulsions devant le CRA de Saint-Jaques-de-la-Lande

Manifestation contre toutes les expulsions devant le CRA de Saint-Jaques-de-la-Lande

La manifestation antifa du 22 mars à Strasbourg

La manifestation antifa du 22 mars à Strasbourg

A Strasbourg, malgré les tentatives de magouilles et de division des réformistes plusieurs centaines de manifestants ont pu faire entendre la voix d’un véritable antifascisme radical (explications, photos et nombreuses vidéos ici)

A Toulouse, ils étaient environ 300 à 400.

A Toulouse, ils étaient environ 300 à 400.

Grèce

A Athènes, ils étaient plusieurs milliers de migrants et antifascistes (au moins 4000).

Ils étaient un millier à défiler dans la ville Crète de La Canée.

Manifestation antifasciste à Cork, également dans le sud de l'Irlande

Manifestation antifasciste à Cork, également dans le sud de l’Irlande

Plus de 200 manifestants contre le racisme à Dublin également.

Plus de 200 manifestants contre le racisme à Dublin aussi.

 Italie

Cortège des étudiants antifascistes lors de la manif de Naples.

Cortège des étudiants antifascistes lors de la manif de Naples.

Grosse ambiance lutte des classes à Rimini, pour les quelques centaines d'antifascistes présents

Environ 700 personnes ont défilé à Cardiff (pays de Galles) contre le racisme et le fascisme

Environ 700 personnes ont défilé à Cardiff (pays de Galles) contre le racisme et le fascisme

Toutes les manifestations ne sont pas recensées ici. Il y avait par exemple des manifestations dans plusieurs villes de Grèce, à Lyon, en Italie, à Melbourne, à Séville, en Amérique du sud … Cela dit, ces quelques reports donnent déjà une idée. Mais la mobilisation ne s’est pas cantonnée à des manifestations. Dans plein de villes se sont également tenus des débats, ateliers pratiques, repas de solidarité, projections de films, concerts, expos …. les idées n’ont pas manqué.

Au Pays Basque, Baiona (Bayonne) et Kanbo (Cambo-les-bains) se sont répartis manif, repas, débat et concerts

Au Pays Basque, Baiona (Bayonne) et Kanbo (Cambo-les-bains) se sont répartis manif, repas, débat et concerts

A Bruxelles, plusieurs organisations organisaient un débat à 18h, suivi d’un concert.

 

A Marseille, le collectif MSED a tenu toute la journée un festival au programme chargé. Le soir, l’AFA Marseille organisait un super concert.

Du Punk et du Hip Hop antifa le 22 au soir à Marseille.

Du Punk et du Hip Hop antifa le 22 au soir à Marseille.

 

Journée antifasciste chargée à Strasbourg !

Journée antifasciste chargée à Strasbourg !

https://rebellyon.info/?Mobilisation-contre-la-montee-du-fascisme

 

 

Lecteurs, auteurs et militants antifascistes WIN

Personne n’étant venu s’occuper de l’administration de FailFaf depuis un certain temps, j’ai découvert dans les commentaires de quoi faire un article. En réalité, plus que de quoi faire un article, il y avait un article. Un article que j’aurai pu publier tel quel, en ajoutant juste un titre, comme par exemple « Syndicat de police et fachos, inceste FAIL ». Sauf qu’entre temps, un article reprenant ces éléments a déjà été posté sur Bordeaux Bordel, je ne publierai donc pas et me suis contenté de mettre le commentaire à la corbeille.

Alors quel est l’intérêt de ce billet, mis à part de vous faire lire l’article en question?

Disons que l’intérêt est multiple.

D’une part rappeler qu’il y a une myriade de sites antifascistes intéressants.Quand vous allez en haut de page sur failfaf, vous trouvez un lien vers la plateforme antifa-net, vous y trouverez plein de blogs et de sites très utiles, prenez le temps de vous balader sur les onglets.

D’autre part, c’est l’occasion de rappeler que FailFaf n’est pas mort, FailFaf vit encore même si ça ne se voit pas ces temps-ci. En fait il y a même plein de trucs en projet… dont les 3/4 ne se feront sûrement jamais. Et si Failfaf vit, c’est entre autre grâce à ses contributeurs volontaires (comme l’auteur du commentaire en question par exemple) ou involontaires en diffusant des infos que nous récupérons et transformons en billets pour FailFaf. Tous ces gens qui créent et diffusent de l’info, de l’analyse ou divers matériel antifascistes font un travail primordial.

Support your local antifa

Enfin, si FailFaf a été un peu en pause ces derniers temps, c’est surtout parce que ses auteurs ont été bien occupés sur le terrain. Parce qu’internet est un important vecteur de diffusion des idées fascisantes et doit donc être un outil à conquérir par les antifascistes, mais internet n’est qu’un vecteur. Le fascisme, c’est sur le terrain, dans les rapports de productions, dans la lutte des classes qu’il prend racine, qu’il se développe et donc qu’il doit principalement être combattu. Alors lire, écrire et diffuser l’information antifasciste, c’est bien, mener le combat antifasciste au quotidien, au boulot, dans la rue, dans son milieu culturel… c’est mieux ! Si ce n’est fait, prenez contact avec le groupe antifa de votre coin (une liste non exhaustive mais quand même assez complète de liens et contacts se trouve sur le site de La Horde).