Docteur Frankenstein: Opération humanoïde Gabriac FAIL

Cet article trainait dans les brouillons depuis plus d’un mois et décision avait été prise de ne pas le publier du fait de son manque d’intérêt (corollaire du manque d’intérêt du personnage principal, Alexandre Gabriac). La dissolution de l’Oeuvre Française et des Jeunesses Nationalistes, n’apportera rien à la lutte antifasciste, il parait cependant pertinent de marquer le coup, au moins pour le plaisir.

De: Docteur Frankenstein

Référence: 2013.06.17.Gaby/huma/

Objet: note de bilan opération humanoïde

Notons tout d’abord plusieurs motifs de satisfaction. L’humanoïde créé par nos soins et nommé Alexandre Gabriac a bien une apparence approximative humanoïde. Même si ce n’est pas toujours facile de compter, il est bien doté d’un torse, une tête, deux jambes et deux bras (image n°1: dansant avec ses amis).

Image 1 Alexandre Gabriac dansant avec ses amis policiers.

Image 1 Alexandre Gabriac dansant avec ses amis policiers.

Il est même capable d’utiliser des objets simples du quotidien (image n°2 : l’exemple du téléphone image n°3 : l’exemple de l’ordinateur).

Image n°2 : Alexandre Gabriac sait se servir d'un téléphone

Image n°2 : Alexandre Gabriac sait se servir d’un téléphone

Image n°3 : Alexandre Gabriac (ici en pleine séance du Conseil Régional) sait se servir d'un ordinateur.

Image n°3 : Alexandre Gabriac (ici en pleine séance du Conseil Régional) sait se servir d’un ordinateur.

Nous sommes très fiers de l’hommage au portrait cubiste de l’artiste futuriste Popova (image n°4: le modèle que nous avons utilisé) que représente le visage, fait de peau de rats lépreux (plus malléable) et assemblé par un artiste de renom par nous contacté (image n°5 à 8: résultat en gros plan).

Image n°4 : portrait cubiste de l'artiste futuriste Popova qui servit de modèle pour concevoir l'humanoïde Gabriac.

Image n°4 : portrait cubiste de l’artiste futuriste Popova qui servit de modèle pour concevoir l’humanoïde Gabriac.

Image n°5 : le visage cubiste d'Alexandre Gabriac.

Image n°5 : le visage cubiste d’Alexandre Gabriac.

Image n°6 : le visage cubiste d'Alexandre Gabriac.

Image n°6 : le visage cubiste d’Alexandre Gabriac.

    Image n°7 et 8 : le visage cubiste d'Alexandre Gabriac.

Nous devons cependant admettre que ce sujet expérimental souffre encore de quelques défauts fonctionnels.

Nous regrettons par exemple un dysfonctionnement aigu du système psychomoteur, probablement du à l’altération des connexions synaptiques liée à la rupture de la chaîne du froid lors du transport du cerveau de pigeon que nous avons utilisé. Ainsi, le sujet semble souffrir de tics récurrents le contraignant à une tension brutale et régulière des membres supérieurs. Le bras droit semble le plus touché (images 9, 10 et 11) mais le bras gauche n’est pas absolument épargné par ce petit souci (image 12).

Image 10 : les petits saluts nazis d'Alexandre Gabriac.

Image 10 : les petits saluts nazis d’Alexandre Gabriac.

Image 9 : les petits saluts nazis d'Alexandre Gabriac.

Image 9 : les petits saluts nazis d’Alexandre Gabriac.

Image 11 : les petits saluts nazis d'Alexandre Gabriac.

Image 11 : les petits saluts nazis d’Alexandre Gabriac.

Image 12 : Alexandre Gabriac tend aussi parfois le bras gauche.

Image 12 : Alexandre Gabriac tend aussi parfois le bras gauche.

L’altération du cerveau cause également de nombreux troubles mentaux au sujet qui souffre d’un délire paranoïaque de persécution. Ainsi, alors que nous lui avons fourni une place planquée d’élu de la république afin de le protéger de lui-même, sur les réseaux sociaux auxquels nous avons inscrit le sujet dans le but d’évaluer ses capacités à entretenir des relations sociales, celui-ci multiplie les messages alarmistes sur un système qui lui en voudrait, parlant de « sang versé » de « geôles »  ou encore d' »enfants gazés » (image 13 : quelques exemples de messages).

Image 13 : Alexandre Gabriac et son délire de persécution.

Image 13 : Alexandre Gabriac et son délire de persécution.

De même, l’étude de ses activités sur twitter, nous montre une indéniable propension du sujet à des bouffées obsessionnelles à caractère agressif. Par période, on a par exemple pu observer une phase d’obsession vis-à-vis de ce que le sujet nomme « les sodomites » (image 14) où vis-à-vis de la nommée Caroline Fourest (image 15).

Les "sodomites", grande obsession d' Alexandre Gabriac

image 14 : Les « sodomites », grande obsession d’ Alexandre Gabriac

 

Caroline Fourest, l'autre passion d' Alexandre Gabriac

Image 15 : Caroline Fourest, l’autre passion d’ Alexandre Gabriac

De manière générale, l’humanoïde semble en vouloir à la terre entière et est sujet à une forme de trouble de la personnalité antisociale (le trouble de la personnalité antisociale selon le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux publié par l’Association Américaine de Psychiatrie1 est aussi dénommé trouble de la personnalité dyssociale dans la classification internationale des maladies publiée par l’OMS et se caractérise notamment par l’indifférence vis-à-vis des émotions et des droits d’autrui ainsi que par une forte tendance à l’impulsivité) . Semblant très sensible à l’actualité, le sujet s’en est ainsi maintes fois pris aux homosexuels (image 16 : outre l’obsession susmentionnée envers les sodomites, voici quelques exemples de ses propos envers les homosexuels). Cependant, il peut tout aussi bien s’en prendre aux noirs et aux arabes (qu’il appelle « bandes ethniques ») aux juifs (en moquant la shoah et en diffusant les messages de son ami Yvan), aux gens de gauche (qu’il appelle « rouges » et compare à des collabos, ce qui est surprenant comme insulte quand on connait son admiration pour Pétain et la collaboration)… (image 13: les exemples cités).

Alexandre Gabriac aime les homosexuels

Image 16 : Alexandre Gabriac aime les homosexuels

Alexandre Gabriac aime les arabes, les juifs, les gens de gauche...

Image 17 : Alexandre Gabriac aime les arabes, les juifs, les gens de gauche…

Certains spécialistes de l’équipe ont pensé que le trouble de la personnalité antisociale dont souffre le sujet ne serait pas d’ordre psychopathique (c’est à dire comme nous l’avons conclu lié à un problème biologique de naissance) mais d’ordre sociopathique (c’est à dire lié à l’environnement dans lequel évolue et se construit l’individu). Leur thèse induit que les troubles de personnalité seraient directement liés à la conception artificielle de l’humanoïde et au fait qu’il souffre de n’être pas né comme autrui. A l’appui de leur thèse, ils soulèvent le fait que l’humanoïde s’en prend particulièrement aux homosexuels qui selon le sujet cherchent à se reproduire d’une manière artificielle (cela le ramènerait en face de sa propre extraction, d’où son rejet) et aux femmes à qui il en voudrait de ne pas l’avoir enfanté (image 18 : pour Gabriac, les femmes sont des putes ou des salopes).

Pour Alexandre Gabriac, les femmes sont des putes et des salopes

Image 18 : Pour Alexandre Gabriac, les femmes sont des putes et des salopes

Le conseil scientifique en charge de l’expérience a rejeté cette conclusion à la majorité qualifiée du fait que rien ne vient scientifiquement étayer l’idée que les causes citées puissent provoquer les conséquences citées. Nous retenons le fait que le sujet soit particulièrement influencé par l’actualité (d’où son acharnement sur les homosexuels et les femmes, particulièrement les Femen) et son environnement (en particulier la nébuleuse appelée œuvre française), ce qui est courant chez les psychopathes et les personnalités troubles. Pour autant, nous pensons que ces obsessions ne sont que le signe conjoncturel d’un trouble persistant bien plus large et notons à cet appui le fait déjà soulevé que le sujet s’en prend à tous les groupes, hormis ceux diffusant une haine semblable à la sienne. Parmi les arguments de la thèse environnementale, nous retenons cependant un autre fait particulièrement inquiétant : le sujet semble confondre les différentes races animales (image 19 : le sujet assimile les homosexuels à des ours ou des singes [image 20], la Licra et Frigide Barjot – qu’il semble d’ailleurs croire dotée d’attributs sexuels masculins – à des chiens). Dans le cadre précis, ce trouble d’identité potentiellement du à l’utilisation de matériaux non-humains lors de sa création, ne manque pas d’inquiéter notre équipe quand on sait qu’un des premiers méfaits auxquels aiment s’adonner les psychopathes est la torture avec mise à mort d’animaux non-humains.

Alexandre Gabriac cet antispéciste qui s'ignore!

Image 19 : Alexandre Gabriac cet antispéciste qui s’ignore!

Image 20 : après les ours, c'est avec les singes que Gabriac et ses amis confondent les homosexuels.

Image 20 : après les ours, c’est avec les singes que Gabriac et ses amis confondent les homosexuels.

Conclusions:

  1. Nous avons la satisfaction de pouvoir affirmer qu’il est aujourd’hui possible de créer un être viable d’apparence plus ou moins humaine.
  2. Constatons notre échec à intégrer l’humanoïde dans la société en le faisant passer pour un être humain normal.
  3. Constatons un certain nombre de dysfonctionnements chez l’être ainsi créé, dont certains particulièrement préoccupants.
  4. Décidons qu’il serait imprudent de poursuivre plus avant l’expérience Gaby/huma.
  5. En conséquence décidons la dissolution du sujet ainsi que des proches avec qui il a pu entretenir un rapport d’influences réciproques dans un bain d’acide afin qu’il ne reste nulle trace de notre expérience.
  6. Affirmons enfin qu’avant de pouvoir lancer une nouvelle expérience de ce type, il nous faut l’assurance de crédits plus abondants afin de ne pas reproduire les erreurs de cette tentative-ci et utiliser des matériaux humains de plus grande qualité.

Au nom du conseil scientifique en charge de l’expérience,

Votre honoré,

Dr Frankenstein.

  1. voir à partir de la page 808 []

Une réflexion au sujet de « Docteur Frankenstein: Opération humanoïde Gabriac FAIL »

  1. Ping : Préjugés FAIL | FailFaf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *