Dégager les provocateurs fascistes WIN

Même à l’étranger, les fachos français s’invitent dans les manifestations progressistes. Mardi 26 mai, c’est Laurent Ozon qui s’est pointé à un rassemblement de sans-papier à Bruxelles dans le but évident de chercher la baston. Laurent Ozon est un des principaux tenants français de l’écolo-fascisme. Après avoir grenouillé quelques temps avec une partie de la nouvelle droite, il s’est rapproché des identitaires, ce qui n’a rien d’étonnant au vu de sa principale marotte, le localisme (il est le fondateur et le président du mouvement localiste identitaire Maison Commune). À l’occasion du congrès de Tours du FN en janvier 2011, il est directement catapulté au bureau politique du Front National par la toute nouvelle présidente du FN, Marine Le Pen. Il y est délégué à la formation, mais devient surtout le M. écologie du Front National et est pendant quelques temps de plus en plus en vue. Mais ça ne durera pas car son obsession pour l’immigration cadre mal avec la politique de dédiabolisation du Front et qu’il apprécie peu de se faire recadrer par sa présidente. Dès le mois d’août de la même année, il quitte donc le FN après avoir été désavoué par Marine Le Pen suite à des propos trop ouvertement racistes. Depuis, Ozon fait ce qu’il aime le plus : être le chef et cracher sur les immigrés, il est ainsi le président du faible mouvement pour la remigration.

L’appel de son mouvement à venir perturber le rassemblement des sans-papier, n’a pas soulevé les foules, si ce n’est Ozon lui-même. On voit bien à quel point ce mouvement est une coquille vide servant juste à ce mégalo à exister.

L'appel du mouvement remigration à venir perturber le rassemblement.

L’appel du mouvement remigration à venir perturber le rassemblement.

Comme le relate la LCR, l’intention belliciste de Ozon, ne fait pas le moindre doute et le sens de « perturber » est évident puisqu’il s’est tout bonnement pointé au beau milieu du rassemblement de sans papier pour se mettre à beugler sans sono « « Ici c’est chez nous, vous n’avez rien à faire ici ! ». Les sans papiers et leurs quelques soutiens ne l’ont évidemment pas laissé causer bien longtemps de la sorte.

Mais Ozon est peut-être con mais pas tout à fait fou. Faute de troupes, il s’était adjugé pour l’occasion les services d’une mini milice locale et s’était trouvé 4 membres de Nation (groupe nationaliste-révolutionnaire de Belgique francophone) pour lui servir de gros bras.

Les 4 agresseurs de Nation prenant la pause (photo tirée de l'article de La Horde)

Les 4 agresseurs de Nation prenant la pause (photo tirée de l’article de La Horde).

Il avait cependant probablement vu un peu juste car les sans papiers ont eu une très bonne réaction déterminée et surtout très collective et la bagarre déclenchée par les fachos n’a pas duré bien long avant qu’ils ne doivent s’enfuir comme le montre la vidéo ci-dessous (elle aussi due à la LCR-SAP). Cette fois pas de SO philofasciste pour venir aider les fachos !

Pour voir la vidéo cliquer ici !

En l’occurrence, le coup d’éclat d’Ozon tient surtout du ridicule coup de cuillère émoussée dans l’eau. Mais Ozon a immédiatement après appelé à réitérer ce genre de tentative et, de pareils abrutis tombent un jour sur une manif un peu moins apte à la riposte immédiate, ou s’ils arrivent à être plus nombreux et mieux équipés, ce genre d’initiative peut toujours se révéler dangereuses.

D’où la nécessité d’être toujours vigilants et de toujours agir sans tarder, sans leur laisser le temps d’instaurer de panique notamment. Frapper vite, frapper fort, un bon faf est un faf mort !

On conclura en rappelant (lire le compte-rendu de la LCR) que comme toujours le comportement des flics est puant. De réelles suspicions existent sur le fait que ce ne soit pas eux qui ont rencardé les fachos sur le lieu du rassemblement (qui n’était pas public), ils ont évidemment laissé les nervis foutre la merde tranquillement, pour se retourner ensuite contre les sans-papier quand ils ont viré les fafs, avant de taper tranquillement la discute avec Ozon. Dans notre lutte contre les fachos, il faut avoir toujours en tête que les flics ne sont jamais de notre côté, jamais. Ils peuvent ponctuellement (même si ça devient rare) protéger d’une attaque de faf, voir filer des infos sur les mouvements de fafs, ils peuvent ponctuellement s’opposer aux fachos. Mais in fine, ils ne sont jamais du côté des antifascistes ni des principale victimes des fachos ; les racisés. Chaque fois qu’on fait confiance à un flic en tant qu’individu ou à la police en tant qu’institution, chaque fois qu’on leur file un renseignement ou qu’on coopère avec eux, on créé une faille qu’on leur dévoile et qu’ils ne manqueront jamais d’exploiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *