Archives mensuelles : mars 2015

Acta non verba, documentaire WIN

Nous avons enfin vu le documentaire Acta non verba, documentaire sur différents collectifs et initiatives antifascistes en Europe réalisé par Hazem, de l‘action antifasciste Marseille. La bonne nouvelle, c’est que si vous non plus vous ne l’aviez pas vu lors d’une des projections débats organisées par divers groupes antifascistes, vous allez également pouvoir le visionner et le diffuser puisqu’il est maintenant en ligne.

On avait commencé à bosser sur une longue recension de ce documentaire, à la fois d’un point de vue politique et technique. Nous y avons finalement renoncé, pas tant par flemme que par manque de conviction de l’intérêt que ça avait. En effet, le mieux nous parait encore être de laisser chacun le regarder et en discuter de visu, avec d’autres militants antifascistes mais surtout, dès que possible, avec des gens ayant vu le doc et n’appartenant pas à la militance dite antifa.

Nous nous bornerons donc à vous proposer d’écouter ce débat mis en ligne par la horde et faisant suite à la projection qu’ils avaient organisée à « La clef » à Paris. Y sont notamment présentés les buts poursuivis en réalisant ce documentaire (éviter le trip mytho, viriliste, franco-centré, valoriser l’idée de faire par soi-même…). Chacun se fera une idée du degré de réussite, et bien sûr peut lancer le débat en donnant son avis en commentaire.

Nous nous bornerons juste à un regret. Il ne concerne pas ce qu’il y a dans la vidéo, mais tout ce qu’il n’y a pas, c’est à dire, tout ce qu’il n’est pas possible de faire tenir en à peine plus d’une heure ; on aimerait ainsi voir présentés des groupes venus d’ailleurs, d’Amérique Latine par exemple ou d’Asie où il y a des scènes antifa méconnues chez nous. On aimerait surtout voir plus mis en avant ce que font les antifascistes français, avoir un aperçu du travail de renseignement, du travail d’analyse, du travail culturel (et ce ne sont pas que des concerts), du travail de mobilisation… Bref on aimerait voir deux, trois, de nombreux Acta non verba ! Avis à toutes celles et tous ceux qui ont un peu de technique vidéaste…

Jeu des 7 familles : acquisition du socle commun FAIL

Depuis quelques jours c’est le printemps, profitons-en pour prendre de l’avance et relancer les jeux de l’été de FailFaf.

 _ Dans la famille fachos, je demande les enfants qui ne savent pas compter

_  J’ai !

Jeux de l'été : L'uni et les maths ; un grand amour très platonique.

L’uni et les maths ; un grand amour très platonique.

 _ Dans la famille fachos, je demande les parents qui ne connaissent pas l’alphabet

_  J’ai !

Jeux de l'été : Le Front National Plabennec, entre sexisme et analphabétisme !

Le Front National Plabennec, entre sexisme et analphabétisme !

_ Dans la famille fachos, je demande le cousin léger qui relaie les fake destinés à troller sa famille

_ J’ai

Jeux de l'été : le cousin léger

_ Dans la famille fachos, je demande le pépé sénile qui parle aux morts

_ J’ai

Jeux de l'été : pépé sénile

Notas à la pelle

Nota 1 : Pas mal pour les chantres de la méritocratie d’une fac de droit réputée ! A noter que ce problème avec les chiffres, ne concerne pas pas que le CM, au vu du nombre de sympathisants de l’UNI (et donc aussi de l’UMP, du FN et des identitaires) qui ont « liké » (jusqu’à ce que des commentateurs tirent la sonnette d’alarme).

Nota 2 : Si jamais c’est l’uni assas qui a conseillé juridiquement leurs camarades lorrains, on comprend mieux le désaveu qu’ils viennent de prendre.

Nota 3 : Pas question ici de mépris de classe en se foutant de la gueule des gens qui ne savent réellement pas lire ou écrire. Il s’agit que de gens qui ont un niveau scolaire et socio-culturel sensé leur éviter ce genre d’impair (si ce n’est pas forcément le cas des candidats FN de Plabennec eux-même, ils ont dans leur parti des gens dont c’est le boulot et la formation de savoir présenter des candidatures électorales).

Nota 4 : Ce n’est pas le premier facho à se faire avoir par les sites satiriques, on se rappelle de Boutin et le Gorafi… en direct sur BFM !

Nota 5 : La sénilité ne pourra par contre pas être invoquée pour expliquer les propos récurrents de Myard assimilant les homosexuels à des zoophiles ou a un lobby, son soutien à la peine de mort ou sa proximité avec Assad… le tout sans être jamais inquiété par son parti, l’UMP.

Nota Nicole : une balle !

White man march FAIL

Objets trouvés : White man march Fail

« _ Allo les fachos de la white man march Newcastle ? _ … _ Ici North East Antifascist, nous avons votre banderole de tête, par contre désolé pour votre union jack, vous ne le verrez plus même en photo, il a brûlé »

Plus d’infos ici

A noter qu’au niveau mondial, la White Man March semble avoir réussi à faire un encore pire flop que l‘an dernier, comme en témoigne ces terribles images de propagande :

L'immense mobilisation mondiale de défense de la race blanche.

L’immense mobilisation mondiale de défense de la race blanche.

Dans le même temps, il faut bien reconnaitre que la mobilisation pour la journée mondiale contre le racisme a également été, dans un contexte différent, bien plus faible qu’en 2014, sans comparaison possible évidemment avec la White Man March.

Quelques manifs bien dynamiques ont tout de même eu lieu dans différentes villes de plusieurs pays, comme celle-ci à Paris :

 Ou celle-là, à Athènes :

Manifestation antifasciste à Athènes ce 22 mars 2015.

Manifestation antifasciste à Athènes ce 22 mars 2015.

(plus de photos ici)

Satire et humour antiraciste FAIL

Ted Nugent ne fait pas seulement de la musique de merde, il a aussi des idées de merdes. Soutien au lobby des armes à feu et à la peine capitale, lutte contre l’immigration, propos racistes, sexistes, homophobes…

Faut-il ajouter à cela une stupidité crasse ? Récemment, on a en effet vu pas mal circuler une citation de lui à propos des amérindiens à ranger définitivement dans la catégorie des stupidités racistes niveau expert :

They need to just shut up and admit WE WERE HERE FIRST! Nobody asked them to come to America! They got a problem with a successful, happy, white American, they should just go back where they came from!” he added.

ce qu’on peut approximativement traduire par « Ils doivent juste se la fermer et admettre que nous étions ici les premiers ! Personne ne leur a demandé de venir en Amérique ! Ils ont un problème avec les américains blancs, joyeux et pleins de succès, ils doivent juste retourner d’où ils viennent ! »

A partir de novembre 1969, des centaines d'amérindiens occupèrent l'île d'Alcatraz pour porter les revendications du mouvement red power. L'occupation dura 6 mois avant que les fédéraux ne les déloge violemment.

A partir de novembre 1969, des centaines d’amérindiens occupèrent l’île d’Alcatraz pour porter les revendications du mouvement red power. L’occupation dura 6 mois avant que les fédéraux ne les délogent violemment.

La stupidité primaire de la phrase fait qu’elle a rapidement tourné à fond sur le net, y compris sur les réseaux sociaux en langue française.

Sauf, que cette citation est fausse ! Elle vient en fait du site américain newslo. Un site satirique au concept assez particulier et douteux dont le principe est d’écrire des articles sur un sujet d’actualité. Sauf que ces articles contiennent des choses vraies et d’autres bidons, un bouton permettant de colorer les choses vraies pour les délimiter des parties fake. Sauf que le principe ne saute pas aux yeux quand on n’a pas lu la présentation du blog. Un certains nombre de sites et blogs ont donc pris la citation pour argent comptant et l’ont reprise, sans cette fois offrir de moyens de voir que c’est du flan. De nombreux antifascistes ont alors repris l’info en toute bonne fois, et pour cause. Évidemment, un certain nombre de sites réactionnaires (uniquement américains il nous semble), ont fait de ce hoax se voulant progressiste (pour une fois) leurs gorges chaudes et en ont profité pour travailler à décrédibiliser tout le mouvement de protestation contre Ted Nugent, voir l’ensemble du mouvement antiraciste US !

Pour le coup, le terme de hoax est un peu exagéré, il s’agit en fait d’un hoax plus ou moins involontaire puisque contrairement aux vrais hoax, les initiateurs n’ont pas vraiment cherché à le faire passer pour vrai, donnant la clé pour découvrir le canular (il suffit de cliquer sur le bouton « show facts » en bordeaux en haut sous la photo). Probablement même que l’initiative part d’un bon sentiment en voulant faire réfléchir au fait que les racistes redneck sont absurdes étant eux même les immigrants envahisseurs qu’ils dénoncent.

Illegal immigration started in 1492

Sauf que ce genre de méthode nous laisse dubitatifs.1 Non seulement elles sont contre-productives mais elles tendent à laisser penser qu’on peut et doit combattre le racisme avec des méthodes se rapprochant des leurs.

D’une part, plus que de l’humour il s’agit bien là d’un semi hoax car la base du site repose quand même sur le fait que de nombreux lecteurs et lectrices n’y verront que du feu. Il s’agit en tout cas à coup sûr d’un exercice visant à brouiller un peu plus les lignes de démarcation entre le vrai et le faux ce qui est opposé aux fondements du combat antifasciste. C’est d’autant plus embêtant sur le net qui, s’il est un des plus riches, est aussi le médium ou les vessies sont le plus déguisées en lanternes, où il est le plus difficile de séparer le bon grain de l’ivraie (ou l’ivraie du faux, et peu importe qu’elle soit distillée par de faux cons, tant qu’il y a l’ivraie).

Quant à l’aspect humoristique, la caricature outrancière tout comme l’humour, ne sont pas à bannir par principe de la communication antifasciste mais l’exercice est pour le moins périlleux comme on le voit trop souvent (par exemple tous les « antifascistes » qui reproduisent les méthodes des fachos en se foutant de l’apparence des candidats FN, en traitant Marine Le Pen de truie et de salope, en comparant tout raciste à Hitler…).

Il y a souvent de la bêtise ou de la fainéantise intellectuelle de la part de celles et ceux qui veulent combattre les fachos avec leurs méthodes. Mais ça relève parfois aussi d’un malentendu, d’une erreur d’appréciation. Nous somme nombreux à faire le constat que les fachos ont une sacrée longueur d’avance sur nous en terme d’occupation de l’espace idéologique et d’hégémonie culturelle. C’est d’autant plus vrai sur le web que les fafs utilisent bien plus et bien mieux que leurs adversaires. Partant de ce constat, certains seront tentés de regarder ce qu’ils font de différent de nous et qui marche pour le reproduire. La démarche à par ailleurs du bon quand elle est appliquée avec bon sens. Sauf qu’appliquée à la lettre, il s’agit là d’une erreur fondamentale. Fondamentale mais pas nouvelle. Dans la peste brune, récit de ses voyages dans l’Allemagne des années 1930, Daniel Guérin,  note déjà bien que parmi les rares antifascistes qui s’inquiétaient de la montée du nazisme, beaucoup avaient cette tentation de copier leurs méthodes, il revient sur cette question dans Fascisme et grand capital,2 dans le chapitre « la démagogie fasciste » et son verdict est sans appel, cette tentation est un écueil complet. Nous ne pouvons pas reprendre les méthodes des fachos tout simplement parce que nous ne poursuivons pas les mêmes buts que les fachos. Il ne s’agit pas seulement d’une question morale abstraite (de type « les méthodes de communications fascistes basées sur la démagogie, l’amalgame, le mensonge, le relativisme, c’est mal parce que tout ça ce n’est pas gentil »), il s’agit d’une question pragmatique. Sans rentrer dans de longs détours sur la conception trotskyste de l’nterdépendence dialectique entre les moyens et la fin (longs débats que l’actualité rendrait pourtant plus que nécessaires, notamment sur l’appréhension de la fin comme un moyen mais ce n’est pas le cadre ici), on doit « rapidement s’attarder » sur l’idée que tous les moyens ne peuvent pas mener à une même fin. Tous les chemins ne mènent pas au socialisme et à la destruction du racisme. Le mensonge et l’approximation, jouer sur les préjugés, ne peuvent pas amener à une meilleure prise en main de leurs affaires par les exploités. Ils ne peuvent pas aider à déterminer l’intérêt objectif des exploités donc à combattre les préjugés racistes notamment. La démagogie ne permet pas de combattre le racisme, car combattre le racisme nécessite de le connaitre tel qu’il est réellement, d’en comprendre les causes, les tenants et les aboutissements. Faire passer les racistes pour des débiles profonds en leur prêtant des sorties stupides mais inventées ne les affaiblit pas mais affaiblit ses adversaires3 . Ainsi, ce genre de méthodes ne sont pas acceptables dans le combat antifasciste non pas en raison d’une morale abstraite, mais parce qu’elles éloignent du but antifasciste, ce qui est le fondement de la morale révolutionnaire.

En 1973, 200 amérindiens et amérindiennes armés occupèrent le site de Wonded Knee.

En 1973, 200 amérindiens et amérindiennes armés de l’American Indian Movement occupèrent le site de Woundeed Knee et prirent 11 otages. Il fallut des centaines de flics et plus de deux mois pour les déloger en passant un accord qui ne fut évidemment pas respecté, l’armée y dépêcha des tanks et des bombardiers… Voir cet article.

  1. surtout qu’en l’occurrence il y a de quoi faire avec les réels propos racistes de Nugent qui a notamment traité Obama de « nazi », de « chimpanzé » ou encore de sous-homme (subhuman mongrel) et depuis le début du conflit qui l’oppose aux amérindiens il les a entre autre traité de « vermine impure », de culs puants, de « pourris », « qu’on ne peut pas considérer comme un peuple »… Pour un petit florilège des propos de Nugent voir ici, pour comprendre la lutte que lui opposent (parfois avec succès, ayant fait annuler plusieurs de ses concerts) des militants amérindiens voir []
  2. Vous trouverez ces deux ouvrages en un seul volume aux éditions la découverte. Les éditions libertalia ont quant à elle édité Fascisme et grand capital, précédé de Quand le fascisme nous devançait. Au vu du titre, il serait bien étonnant que la question de la méthode ne soit pas abordée, mais nous ne l’avons pas lu (avis aux amateurs de cadeaux) []
  3. ce qui ne signifie évidemment pas qu’il faut s’interdire de rire de bon cœur de leur bien réelle connerie car comme disait Goya « le sommeil de la raison produit des monstres », à condition de ne pas en faire un axe fort du combat antiraciste mais bien un espace de détente []

Punk antifasciste : pas de concert pour les nazis WIN

Il fut une époque où aussi clean soit-il politiquement, tout groupe jouant plus ou moins de la Oi! devait se coltiner des nazis à chacun de ses concerts. Nous n’en sommes plus là mais il est encore courant que des nazis viennent s’afficher ouvertement et foutre le boxon dans des concerts de Oi! pas franchement sympathisants de leur cause.

Rock Against Racism, punk antifasciste, oi!

C’est la mésaventure qui est arrivée le 17 mars lors du concert donné pour la saint-Patrick par Street Dogs, groupe ricain de punk initialement très folk et de plus en plus oi!.

Un groupe de boneheads y est venu zoner, emmerder tout ceux et celles qui n’étaient pas assez blanc pour leur goût. C’est là qu’on voit la différence entre un groupe antiraciste et tous ces groupes qui ne sont pas fachos « mais on fait pas de politique » ou encore « mais nous on veut faire la fête avec tout le monde ».  Le groupe s’est arrêté de jouer et Mike McColgan, le chanteur, a essayé de faire comprendre aux nazis qu’ils n’étaient pas les bienvenus et qu’ils devaient dégager. Les bas du front n’en ont pas tenu compte et ont répondu par un salut nazi. L’ensemble du groupe est alors descendu de scène pour leur faire comprendre avec des arguments plus percutants, ce qui a décidé une partie du public et la sécu (jusque là bien passive) à intervenir à leur tour. Le concert a donc pu se terminer comme il faut, avec un guitariste un peu amoché mais sans nazis.

Cette scène rappelle celle survenue en 2013, également aux USA et également lors d’un concert punck-folk-oi! donné pour la saint-Patrick. A la fin du concert des Dropkick Murphys, une partie du public monte sur scène comme ça se fait couramment. Un dégénéré se croit alors en mesure d’en profiter pour y taper des zieg face au public. C’est sans compter sur la vigilance de Ken Casey, chanteur et bassiste du groupe, qui s’est empressé de lui écraser sa basse et ses poings sur le coin du nez.

Pour l’anecdote, les Street Dogs et les Dropkick Murphys partagent autre chose que le fait de mettre leurs actes en cohérence avec leurs paroles puisque Mike McColgan, le chanteur des Street Dogs est l’ancien chanteur des Dropkick Murphys, avec lesquels il continue d’entretenir des liens.

Ces deux réactions saines ne doivent pas cacher les centaines de concerts pseudo antiracistes ou apolitiques où les fachos paradent ouvertement sans problèmes mais elles montrent que le combat pour des concerts nazi-free est toujours d’actualité et que l’antifascisme n’est pas qu’une question de postures et de bons mots, il doit avant tout s’appliquer à son propre milieu, sans concessions, en actes simples.

Love music, hate fascism