Archives mensuelles : janvier 2015

Pegida France : lancement FAIL

Nous avions déjà évoqué ici les mobilisations fascistes HoGeSa, en Allemagne. Ces mobilisations surfant sur l’islamophobie avaient d’abord connu un gros succès avant de marquer le pas. Les initiateurs ont su tirer les conclusions qui s’imposaient tant du potentiel révélé que de ses limites. Ils ont donc décidé de faire muer leur mouvement vers quelques choses visant un plus large public que les hooligans et HoGeSa est devenu PEGIDA (patriotes européens contre l’islamisation de l’occident).1

Parti de Dresde, Pegida a connu d’emblée un réel succès. Le pari des organisateurs est de faire de la question de l’islamophobie un catalyseur en vue d’une recomposition du champs politique réactionnaire allemand vers l’extrême droite. Les manifs pour tous, dont des représentants étaient allés manifester sans succès en Allemagne et y rencontrer des néonazis locaux, figurent évidemment parmi les inspirations du mouvement, l’islamophobie jouant ici le rôle de l’homophobie alors.

Forts dans leur bastion de l’ex-RDA, le défi pour PEGIDA réside dans sa capacité à s’étendre sur tout le territoire allemand. Mais pas seulement. Car le nom du mouvement annonce la couleur, l’ambition des fachos est supra-nationale ; leur but est de créer un grand mouvement de tout l’occident (enfin, l’occident blanc, chrétien, hétérosexuel, cis, capitaliste … faut pas exagérer non plus !). Ainsi, si les fascistes anglais, trop habitués aux déculottées sur leur territoire, préfèrent rejoindre leurs camarades allemands (voir impression d’écran infra), des mouvements PEGIDA se lancent en Suisse, en France et en Belgique notamment.

L'ex leader de l'English Defense League annonce la venue de fachos anglais aux manifs PEGIDA allemandes du 5 janvier.

L’ex leader de l’English Defense League annonce la venue de fachos anglais aux manifs PEGIDA allemandes du 5 janvier.

Comme le signalaient nos voisins de plateforme de Bordeaux Bordel, c’est à Libourne que l’offensive française était lancée sous l’égide de  Christine Waneukem. Si on n’était pas matérialistes, on pourrait penser que la date choisie était de mauvaise augure. En effet, si la date était choisie pour s’aligner sur la mobilisation allemande, cette dernière pourrait bien être un point de bascule vers la pente descendante. En réalité, dès la précédente mobilisation du 22 décembre, les choses n’allaient plus si bien pour les fachos allemands. Dans plusieurs villes, les fachos étaient jusque 10 fois moins que les contre-manifestants antifascistes : 250 contre 2500 à Bonn, 200 contre 2000 à Bonn, sans compter les 12000 antifascistes réunis à Munich… et le pitoyable échec de la première tentative de manif à Berlin où ils n’étaient … que 3, rapidement chassés par les antifascistes ! Pour autant, les organisateurs restaient optimistes pour la rentrée 2015. Le bras de fer était lancé entre fachos et antifascistes pour ce 5 janvier, et ils sembleraient que les guerriers de l’occident chrétien ne l’ont pas gagné ! Si dans le fief de Dresde, ils étaient entre 15 et 20 000, soit autant voir plus que le 22 décembre, partout ailleurs ils ont été écrasés sous le nombre.

A Berlin, les fachos avaient beaucoup misé pour laver l’affront ayant clos 2014. Las, leurs 300 à 500 manifestants ont été littéralement bloqués par 5 à 6 000 antifascistes et ont du plier bagage sans avoir pu manifester.

A Berlin, les fachos de PEGIDA n'ont pas pu manifester, encerclés et bloqués par les antifascistes.

A Berlin, les fachos de PEGIDA n’ont pas pu manifester, encerclés et bloqués par les antifascistes.

A Marburg, Stuttgart, Rostock ou  Munich les fachos n’ont pas mobilisé plus de quelques centaines de personnes, chaque fois face à des milliers d’antifascistes. Le cortège antifasciste le plus impressionnant était à Cologne, où il a regroupé plusieurs dizaines de milliers de manifestants !2

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants antifascistes à Cologne (20 000 à 50 000 )

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants antifascistes à Cologne (20 000 à 50 000 )

A Cologne face à la forte mobilisation antifasciste, les quelques fachos présents replient piteusement bagages sous bonne protection policière.

A Cologne face à la forte mobilisation antifasciste, les quelques fachos présents replient piteusement bagages sous bonne protection policière.

Bref revenons en aux émules françaises, et à leur fer de lance aquitain. Afin d’éviter de paraitre trop impartiaux, nous laisserons l’organisatrice faire elle-même le compte-rendu de la mobilisation d’hier.

Mouarf !

Hélas, d’autres mobilisations sont en préparation dans différents pays dont la France où une manifestation est prévue à Paris le dimanche (habitus manif pour tous) 18 janvier à l’initiative de Riposte Laïque « pour exiger l’expulsion de tous les islamistes de France » (sic). On ne peut malheureusement pas compter sur le fait de n’avoir qu’un seul facho à se mobiliser cette fois, et pour être sûr de nettement les inférioriser, il faudra être beaucoup plus que trois à aller les contrer. Pour vous tenir au courant des initiatives PEGIDA et des contre initiatives, consultez régulièrement la page Facebook (oui, oui, on sait) NON a Pegida en France.

  1. même si officiellement, Pegida est une initiative individuelle sans aucun lien avec HoGeSa, poussant même l’hypocrisie jusque jouer les antinazis en adoptant un logo où la croix gammée est jetée à la poubelle. La réalité est bien différente de cette façade virginale et les nazis d’HoGeSa sont évidemment présents dans et derrière les manifs PEGIDA. []
  2. Si l’échec est cuisant pour les fachos, nous nous gardons cependant de tout triomphalisme, tout d’abord la très grosses mobilisation à Dresde montre combien le problème est ancré dans une partie des couches populaires. Surtout, la contre-mobilisation antifasciste a été en grande partie phagocytée par le SPD (les socio-libéraux locaux) et tenait du grand front républicain laissant la part belle aux patrons, aux institutions, aux Églises… Il est évident que si l’irruption des masses populaires pour faire barrage aux fachos est incontestable et salutaire, une telle mobilisation sans le moindre contenu ne résoudra aucun problème et ne permettra pas de battre l’extrême droite à plus long terme []

Faire taire les ultras antifa FAIL

Le Clapton FC est un club de football anglais de l’est de Londres qui évolue en Essex Senior League (correspondant à la 9ème division anglaise). Depuis 2012, ses tribunes sont animées par les Clapton Ultras, groupe de supporters mettant toujours en avant leurs valeurs antiracistes, antisexistes, contre l’homophobie, working class… Le dynamisme de ce groupe en fait le principal groupe ultra de sa ligue.

Clapton Ultras : des ultras antifa ET féministes.

Clapton Ultras : des ultras antifa ET féministes.

Banderole des Clapton Ultras souhaitant la bienvenue aux immigrés et aux Rroms.

Banderole des Clapton Ultras souhaitant la bienvenue aux immigrés et aux Rroms.

Cortège des Clapton Ultras lors d'une manifestation en solidarité avec le peuple palestinien.

Cortège des Clapton Ultras lors d’une manifestation en solidarité avec le peuple palestinien.

Voilà une situation qui ne pouvait que déplaire aux fachos de tous poils (et à ceux n’en ayant pas un sur le caillou). Les fachos ont d’abord tenté la voix légaliste en ressortant les mêmes armes qu’ils avaient utilisées quelques mois plus tôt pour obtenir le bannissement de l’Inter Village Firm, supporters antifascistes du petit club Mangotsfield United FC. Ils avaient alors déposé 6 plaintes, concernant principalement l’usage d’engins pyrotechniques et l’affichage de symboles politiques dans les tribunes et ainsi obtenu l’interdiction de l’Inter Vilage Firm.1

Inter Village Firm, groupe de supporters antifascistes du Mangostfield FC, bannis suite aux plaintes des fachos.

Inter Village Firm, groupe de supporters antifascistes du Mangostfield FC, bannis suite aux plaintes des fachos.

Manque de bol pour eux, leur tentative de pression sur le club n’a cette fois-ci pas fonctionné puisque Vincent Mc Bean, le dirigeant (noir) du club a déclaré en réponse «Nous avons une forte éthique dans le club de ne tolérer ‘aucune sorte de discrimination ou de racisme.« 

Les fachos ont donc décidé d’utiliser leur méthode favorite : la violence brute. Après un round d’intimidation ridicule en octobre, ils ont concentré leurs forces pour attaquer les Clapton Ultras le 20 décembre 2014. Se sont à cette occasion regroupés des militants de la South East Alliance, de l’English Defense League et des Casuals United venus de tout le pays (à l’image du bien connu Mark Johnson (aka Mark Carlton), qui a fait le déplacement avec plusieurs membres de l’EDL de Huddersfield à 300 bornes au nord de l’Angleterre). Bon, ils auraient été mieux inspirés de renoncer à leur grande bataille car ils ont bien regretté d’avoir voulu s’en prendre aux Clapton Ultras.

En octobre, les fachos viennent provoquer en se prenant en photo près du stade où joue Clapton FC. De gauche à droite : Mark Carlton, Dave Clark, Donna Young, Claire Clark, Kevin Layzell, Anthony Carter-Hyam, Martin Jackson, Roy Price, Paul Skinner, Danny Smith and Jay Butler.

En octobre, les fachos viennent provoquer en se prenant en photo près du stade où joue Clapton FC. De gauche à droite : Mark Carlton, Dave Clark, Donna Young, Claire Clark, Kevin Layzell, Anthony Carter-Hyam, Martin Jackson, Roy Price, Paul Skinner, Danny Smith and Jay Butler.

Ils ont mené coup sur coup deux attaques sous forme d’embuscades, une à la mi-temps, une autre durant la seconde période dans un parking souterrain. Les deux attaques ont été assez facilement repoussées par les antifascistes, les fachos ayant du commencer à s’entraîner pour le prochain marathon de Londres. A noter que la première session d’entraînement s’est mal terminée pour Paul Prodromou ( qui se fait appeler Paul Pitt) le leader de la South East Alliance qui a fini sa journée à l’hôpital.

Comme le souligne le site antifascistnetwork, il faut dire que les troupes d’élites du commando facho pourraient prendre un abonnement permanent sur ce blog :

Début février 2014, Paul Prodromou veut taper une militante antifasciste et ... tape son propre fils en pleine tête !

Début février 2014, Paul Prodromou veut frapper une militante antifasciste et … tape son propre fils en pleine tête !

Le 10 mai 2014, l'EDL attaque en net surnombre des antifascistes dans un pub de Sheffield mais se prend une solide dérouillée comme en atteste cette photo de Mark Johnson.

Le 10 mai 2014, l’EDL attaque en net surnombre des antifascistes dans un pub de Sheffield mais se prend une solide dérouillée comme en atteste cette photo de Mark Johnson.

Sources : Libcom et antifascistnetwork

  1. pour comprendre à quel point les fachos aiment la contradiction, il faut préciser que les groupes d’ultras et de hools d’extrême-droite se présentent tous comme anti-système, opposés aux instances footballistiques chantres du football moderne qu’ils disent combattre. Au cœur de leur lutte contre le football moderne, ils placent la lutte contre la répression des supporters, dénonçant notamment l’interdiction des engins pyrotechniques et leur liberté d’expression politique bafouée par les lois et règlements interdisant le racisme, les symboles nazis… Bien sûr, ils n’ont de cesse de dénoncer les groupes antifascistes comme étant les chantres du football modernes et les complices de la répression. On voit ici combien les actes sont à l’opposé des propos comme toujours chez les fachos ! []

Hoax : plus c’est gros plus ça passe FAIL

Pour fêter le passage à l’année 2015, FailFaf vous propose de regarder un peu BFM TV. Pour une fois, il ne s’agit pas de les dénoncer, de les critiquer, de démontrer comment ils se font les agents de la montée du racisme, du sexisme ou de l’homophobie… Non, non, ça c’est so 2014 ! Promis cette fois, il s’agit juste de vous proposer de regarder un de leurs reportages intitulé Les manipulateurs d’image … parce qu’il est intéressant ! Parce que la devise favorite de la fachospère, c’est « plus c’est gros plus ça passe », et ils ne se gênent pas pour propager avec un succès certain les faux les plus grossiers, images trafiquées, montages bidons, légendes mensongères, hoax purs… Un certains nombre de ces mensonges a été traité sur ce blog, comme le montage de ce cher Frank Guiot, qu’on voit dans ce reportage. Simplement à force de faire n’importe quoi, même leurs alliés habituels des média mainstream finissent par en dire deux mots, ne boudons pas notre plaisir.

 Ce genre de reportages grand public, peut permettre d’ouvrir les yeux des naïfs sur les vrais méthodes de l’extrême droite. ! Pour aller plus loin, on peut se reporter au site des débunkers, spécialisé dans la démystification des hoax de la fachosphère. Ces faux sont évidemment diffusés en connaissance de cause par des fachos convaincus, mais ce qui fait leur succès c’est qu’ils sont repris sans connaître leur statut par des gens qui tombent dans le panneau. Pour lutter contre cette stratégie des fachos, il est évidemment hors de question d’avoir recours aux mêmes méthodes, il faut par contre appliquer la plus grande vigilance sur internet. Toujours vérifier ce qu’on y lit, surtout si la source ne donne aucune raison d’être considérée comme fiable, et a fortiori si l’information porte sur des thématiques comme l’immigration, l’islam, la délinquance, le sionisme … bref les principaux chevaux de bataille des fachos. Dans le doute, il ne faut jamais (dans le feu de l’action, on s’y adonne pourtant tous un jour !) relayer une information dont on n’est pas absolument sûr. Au delà des infos qu’on diffuse soi même, il ne faut pas hésiter à vérifier toutes les infos qu’on voit sur le net, là plus encore qu’ailleurs, la vérité n’est pas forcément ce qu’on lit. Vérifier les infos ne sert pas seulement à se glorifier de ne pas être tomber dans le piège et d’avoir su débusquer un hoax, cela permet d’alerter la personne par qui on a reçu l’info ou l’image bidon si on soupçonne qu’elle ne l’a pas fait volontairement, cela permet surtout de prévenir les autres personnes susceptibles d’avoir reçu l’info, de signaler la manipulation partout où on peut (blogs, réseaux sociaux, forums…) ou encore de tenter de faire retirer l’information mensongère (puisqu’elle constitue un délit) par l’hébergeur du blog ou le réseau social où on trouve le hoax par un signalement voir une chaine de signalement. Le site Debunkers propose quelques pistes ici et pour reconnaître les hoax. De manière général, il faut faire preuve d’un peu de logique et avoir un peu de temps à consacrer. Si l’info est basée sur des chiffres, il faut les vérifier, si elle est appuyée sur une étude, rechercher cette étude dans votre moteur de recherche pour vérifier qu’elle n’est pas fortement contestée par les spécialistes ou tout bonnement inventée. Rechercher les noms des personnes citées comme source est souvent instructif également. Enfin, quand il s’agit d’images, il ne faut pas hésiter à l’enregistrer et à en découper des parties pour les rechercher de la manière indiquée dans les liens précédents (par exemple ne garder qu’un visage, un paysage ou un panneau en arrière plan…).

Bonne chasse !