Archives mensuelles : juillet 2014

« Ou même Soral » : Gaza Frime FAIL

Depuis le début de l’opération « barrière de protection » des dizaines de milliers de personnes ont défilé en France comme dans le reste du monde pour exprimer leur solidarité avec le peuple palestinien. La colère et l’indignation de toutes ces personnes est parfaitement légitime, il est indigne d’essayer de l’entacher en l’amalgamant avec quelques cas d’antisémitisme répugnants et les antifascistes et révolutionnaires doivent prendre toute leur place dans ces mobilisation. Cependant, dans et en-dehors des cortèges, gravitent également quelques dizaines de militants antisémites qu’il serait ignoble de ne pas dénoncer et d’accepter dans nos cortèges. Soraliens, collectif Cheikh Yacine, membres du FN… Hier, ils se glissaient en douce dans nos cortèges, aujourd’hui il apparaissent de plus en plus souvent à visage découvert, du moins à Paris. Ils sont évidemment largement minoritaires mais leurs propos (qu’ils soient oraux, écrits ou gestuels) antisémites sont absolument inacceptables. Ces deux dernières semaines, un petit groupe appelé Gaza Firm a soulevé pas mal d’interrogations, certains les qualifiant d’antifascistes, d’autres de membres de l’extrême-droite soralienne ou encore de simples casseurs. Sont-ils à classer parmi ces groupes antisémites intolérables dans nos manifs ? Évidemment que non, si on en croit ce qu’ils écrivent sur les réseaux sociaux.

Réseaux sociaux ou leur CM est parfois obligé de rappeler leurs fans à l’ordre.

Mais comme nous ne nous contenterons pas de les croire sur parole, penchons-nous un peu sur qui est la Gaza Firm. Ce groupe est apparu lors de la manifestation du 13 juillet ou une trentaine de jeunes a défilé, reprenant les codes (notamment vestimentaires, gestuels et les chants) des supporters de foot, ce qui leur a permis de se faire remarquer au sein de la manifestation. Un fond de racisme social (mais aussi de racisme tout court puisqu’un bon nombre de membres du groupe sont issus de l’immigration) ont immédiatement amené plusieurs journalistes et autres observateurs à les considérer comme des casseurs et à les lier, à tort, aux incidents et échauffourées qui ont eu lieu suite à la manifestation.

Le fait que plusieurs d’entre eux portaient des T-Shirts des supporters du Virage Auteuil (PSG) a amené un certain nombre d’observateurs (peu avertis, nous le verrons) à faire de ce groupe un groupe antifasciste, tandis qu’immédiatement, des voix se sont élevées pour les dénoncer comme membres de la mouvance Dieudonné-Soral. Leur arrivée sur Twitter le 21 juillet semble d’ailleurs avoir pour principal but de répondre à tous ceux qui cherchent à les catégoriser. Ainsi, leurs premiers messages visaient à nier leur appartenance ou lien avec tel ou tel.

Le 25 juillet, ils sortent d’ailleurs leur unique communiqué (qu’ils ont depuis, on se demande pourquoi, supprimé de leur historique Twitter) visant notamment à dire qu’ils ne sont pas des casseurs et qu’ils sont apolitiques.

Communiqué de la Gaza Firm

Communiqué de la Gaza Firm

On peut ainsi lire dans ce communiqué « nous n’avons aucun lien avec les Antifas, l’extrême-droite, les Verts, Dieudonné ou même Alain Soral ». La formulation a de quoi surprendre, pourquoi « ou même Alain Soral » si ce n’est parce que c’est vis-à-vis de ce dernier qu’ils ressentent le plus besoin de nier tout lien ?

Les liens sur Internet

Le premier article sur internet parlant de Gaza Firm a été publié par le site d’Alain Soral Égalité & Réconciliation. La façon qu’a E&R de dénommer le groupe « ligue de défense Goy » par symétrie à la Ligue de Défense Juive éclaire s’il en était besoin sur l’utilité antisémite qu’y voient les soraliens. En effet, cela revient à affirmer que symétriquement à la LDJ qui dit défendre les juifs contre ses adversaires, il y aurait besoin de défendre les non-juifs (goys) qui serait donc victime d’une oppression (forcément juive) en tant que non-juifs. Cet article a rapidement été repris par la sphère soralienne du net, et notamment leur site phare, celui du très antisémite  Gérard Noël.

A la création du compte Twitter de la Gaza Firm, parmi leurs premiers abonnements, on comptait le compte d’Egalité et Réconciliation ainsi que celui du fameux Gérard Noël (dont le pseudonyme est Joe Le Corbeau). Malheureusement, nous ne pouvons plus le prouver puisque depuis, le compte Gaza Firm, prenant conscience de l’effort de communication à faire, a supprimé tous ses premiers abonnements et que nous n’avons pas pensé à faire de capture d’écran. Par contre, on peut encore voir ci-dessous que dès le 1er jour d’activité, le compte Twitter de gaza firm s’est évertué à rassurer l’extrême droite sur sa compatibilité avec les idées des fachos soraliens sans jamais s’offusquer ou se démarquer des propos fafs.

Si on s’amuse à remonter l’ensemble de la TL1 de Gaza Firm, on se rend logiquement compte que tous les messages concernent soit la situation à Gaza et les mobilisations autour (un peu) soit ce qu’est et surtout ce que n’est pas la Gaza Firm (beaucoup). Tous, sauf deux, consacrés au sort des chrétiens d’Irak. En soit, cela ne pose évidemment pas de problème d’être solidaires de populations persécutées en raison de leur non-appartenance à une religion. Sauf qu’il est quand même surprenant de voir que le seul thème hors eux-mêmes et la Palestine qui semble intéresser notre Gaza Firm est justement celui sur lequel mobilise à fond toute l’extrême droite [lien] (qui rejoint la politique du gouvernement  en ne s’inquiétant que pour les chrétiens alors que c’est bien l’ensemble des populations qui y subissent de plein fouet l’ultra réaction islamiste).

Le cas Cardet

Mathias Cardet, de son vrai nom Thomas Nlend, qui s’est fait connaître en se présentant comme ancien Hooligan du PSG, est un proche de Soral, édité par Soral, participant avec lui à de nombreux conférences et entretiens … Il a relayé l’appel de la soralienne Farida Belghoul aux Journées de Retrait de l’École et était présent à la manif fasciste jour de colère, a participé au « bal des Quenelles » de Dieudonné… Son appartenance à l’extrême-droite soralienne est indiscutable. C’est également un fan du très fasciste Roger Holeindre2

Quant à son rôle moteur dans la Gaza Firm, s’il s’en défend du bout des lèvres, il ne cherche pas à nier son appartenance au groupe et pour causes, des dizaines de photos et de vidéos trainent sur le web pour témoigner de sa présence à leur côté et du rôle d’ainé et de leader qu’il y joue.

Il faut noter qu’il y a une continuité dans l’engagement politique de Cardet qui semble avoir clairement pour rôle de rameuter un public plus populaire auprès de Soral dont les premiers militants et sympathisants étaient plutôt des petits blancs des centre-ville. Le football (son livre Hooliblack, occasion de marteler son patriotisme, puis maintenant Gaza Firm) et le rap ( avec son livre L’effroyable imposture du rap et sa « plateforme culturelle » bras d’honneur sponsorisée par Soral) sont ses deux crédos pour se faire. Parmi ses « faits d’arme », c’est Cardet qui a rapproché par la première fois Joe Dalton, fondateur des blacks dragons, de Soral. Depuis, Dalton a plusieurs fois rappelé sa proximité avec Soral et Dieudonné3 , dans son langage mystique personnel.

Deux mots de supportérisme

De nombreux observateurs ont noté les liens entre Gaza Firm et le milieu des supporters du PSG, en particulier du Virage Auteuil. Ce sont ces liens qui ont amené plusieurs personnes à rapprocher Gaza Firm de la mouvance antifasciste. Ceci dénote une réelle méconnaissance du milieu des supporters parisiens. S’il est clair que les néo-nazis, royalistes et autres militants identitaires côtoyaient eux la tribune Boulogne, il n’y a pas un virage d’Auteuil homogène, que ce soit politiquement ou autre. Il y avait bien une identité sociale du Virage Auteuil, fréquenté par un public plus populaire, plus banlieusard et plus métissé, ainsi qu’une identité culturelle, plus tournée vers le hip-hop et la culture des ultras à l’Italienne tandis que le modèle de Boulogne était celui du hooliganisme à l’anglaise. Pour autant, le Virage Auteuil était constitué de plusieurs groupes bien différents et surtout d’individus n’appartenant pas à ces groupes. Parmi ces groupes, certains qui ont fait la réputation d’Auteuil portaient haut des valeurs antifascistes (notamment les Tigris Mystics auto-dissous en 2006 et, dans une moindre mesure, les Authentiks , la Grinta et les Supras Auteuil dissous par décrets en 2010 …), d’autres ont toujours pris soin de se tenir loin de ces questions « politiques » comme les Microbes et la K-soce Team ou encore les Karsud qui ont plus souvent fait le coup de poing au côté que contre les indépendants de Boulogne4 .

C’est justement de ces groupes qui n’ont jamais eu d’engagement antifasciste (notamment la K-soce Team et leurs cadets des Microbes) que semblent venir une bonne partie des actuels membres de la gaza firm.

T-shirts de la K-Soce Team dans le cortège Gaza Firm

T-shirts de la K-Soce Team dans le cortège Gaza Firm

Or, des liens entre l’extrême droite et des membres de ces groupes existent depuis plusieurs années. Face à la vague de répression de 20105 , on a assisté à deux types de réaction. D’un côté certains, venant notamment des assos dissoutes, se sont regroupés au sein du Paname United Colors et boycottent désormais totalement les matchs du Paris Saint-Germain et ont abandonné la lutte pour leurs droits, dégoutés par la direction du PSG. D’autres supporters, venus de la tribune Boulogne comme de la K-soce Team ou des Microbes, ont créé un front revendicatif contre le placement aléatoire avec Liberté Pour les Abonnés (créé par des supporters qui n’appartenaient à aucun groupe). Ceux-là continuent à suivre les matchs du PSG à l’extérieur et se déplacent donc souvent ensemble. Les liens sont parfois bons entre les ex-Boulogne et Ex-Auteuil.

Il n’est donc pas si étonnant que ça de voir des gens de cette mouvance participer à la manif fasciste Jour de Colère en janvier 2014 « pour dénoncer la répression » au côté de tout ce que la France compte de pétainiste, antisémite, facho…

En 2013 déjà, des supporters du PSG avaient sorti un autocollant dessiné par le soralien Zéon représentant Dieudonné faisant le geste de la quenelle.

Mais la Gaza Firm diffuse-t-elle un message d’extrême droite ?

Les membres de gaza firm ne sont probablement pas tous soraliens. Comme le notent les articles de Caroline Monnot et de Marine Turchi (les deux seuls articles de presse grand public corrects sur Gaza Firm et ses liens avec Soral), il s’agit avant tout de jeunes politiquement paumés et dépolitisés. Pour autant bien qu’ils s’en défendent, ça n’empêche pas le petit groupe d’être totalement manipulé et utilisé comme pantins de la galaxie soralienne.

La Gaza Firm et ses quenelliers.

La Gaza Firm et ses quenelliers.

Sur cette image comme sur pas mal d’autres qui circulent sur le web on voit un des membres de gaza firm faisant une quenelle, signe de ralliement à Dieudonné.

La Gaza Firm et ses habits tendancieux.

La Gaza Firm et ses habits tendancieux.

Ce jeune homme au 1er rang de la photo de groupe Gaza Firm porte un sweat où il est écrit « Goy ». Cette revendication identitaire de « Goy » face aux juifs, qui rejoint la réthorique de E&R qualifiant gaza firm de « Ligue de Défense Goy », a exactement la même portée que les vêtements White Power des suprématistes se revendiquant blancs face aux noirs et aux arabes. Il s’agit de mieux revendiquer son identité dominante face à une minorité pour en revendiquer l’oppression. On apperçoit aussi un T-Shirt noir avec écrit en rouge dessus « Anti SS ». Il s’agit du produit dérivé d’une chanson du rappeur Ousman, produit par bras d’honneur, le label de Cardet. Ici SS signifie Suceur de Sioniste, on retrouve l’habituelle rhétorique nauséabonde visant à dire que les sionistes (pour ne pas avoir à dire juifs) sont les nazis d’aujourd’hui, ce qui rejoint parfaitement la thématique de la conférence donnée par Dieudonné et Laurent Louis (voir plus loin). Il faut noter au passage que Ousman portait se même T-Shirt pour poser au côté du négationniste Faurisson lors de sa promo, des fois que certains auraient des doutes sur la portée antisémite de ce slogan.

Ousman (avec son T-Shirt anti SS), le négationniste Robert Faurisson et leurs amis faisant le bras d'honneur, distingué symbole du label de Mathias Cardet.

Ousman (avec son T-Shirt anti SS), le négationniste Robert Faurisson et leurs amis faisant le bras d’honneur, distingué symbole du label de Mathias Cardet.

La Gaza Firm pose avec les fachos de Neturei Karta.

La Gaza Firm pose avec les fachos de Neturei Karta.

Même quand ils essayent de prouver qu’ils ne sont pas antisémites en posant avec des juifs, la Gaza Firm parvient à faire pire que mal. Ils posent ici avec des Naturei Karta, groupe ultra orthodoxe juif niant le droit aux juifs d’avoir un État, affirmant que les sionistes sont responsables de la Shoah (punition divine) et entretenant des relations très cordiales avec des gens aussi sympathiques que Ahmadinejad, des membres du KKK, Faurisson, Dieudonné, Kemi Seba…

La marseillaise chantée par gaza firm n’est visiblement pas qu’un simple héritage de la culture foot de ses leaders. Leur communiqué (voir plus haut) précise « avant tout nous sommes français, nous aimons et respectons la France », message plusieurs fois répétés sur les réseaux sociaux.

Or, cette revendication permanente d’un patriotisme soi-disant apolitique et qui doit être au-dessus des divergences politiques, des différences de religions (mais pas l’athéisme) et d’origines ethniques, de tous les « communautarismes » comme ils disent, c’est justement la base du discours soralien sur la réconciliation nationale. Si on ajoute à cela un antisémitisme mal assumé mais qui transparait sans arrêt derrière la façade soi-disant antisioniste (pour ne pas alourdir ce texte on ne s’étendra pas sur la constance à comparer Israël et les sionistes aux nazis, qui était comme par hasard aussi le leitmotiv de la conférence de Dieudonné et Laurent Louis le 26 juillet, ni sur les slogans à double sens comme « Israël casse-toi, la France n’est pas à toi » qui revient encore une fois à comparer la situation en France et à Gaza comme celle de territoires occupés par les juifs les sionistes, rappelant ainsi le slogan du GUD « Gaza, Sentier, territoires occupés »), on retrouve effectivement dans l’activité de gaza firm la mise en pratique exacte des discours de Soral.

Précisons évidemment que c’est leur seule utilité et que contrairement à leur prétention ils ne protège pas les manifs pro-palestine d’hypothétiques agressions de la LDJ puisque de leur propre aveu ils n’ont pas participé à la seule fois (le 13 juillet) où des manifestants ont mis hors de nuire les fachos de la LDJ. La complaisance vis-à-vis de ce genre de groupes n’est donc pas acceptable de la part des organisateurs des manifestations parisiennes, nous gagnerions à clarifier certains points vis-à-vis des gens jouant la confusion entre antisionisme et antisémitisme et à s’organiser pour assurer l’hygiène politique de leurs manifestations.

  1. la liste des messages sur un compte twitter []
  2. ex OAS, ex fondateur et dirigeant du FN, actuellement au Parti de la France de Karl Lang []
  3. avant finalement de s’embrouiller avec ce dernier comme tout le monde ayant eu le tord de l’approcher []
  4. les indépendants désignent les supporters qui ne sont dans aucune des organisations officielles, ce qui ne les empêche pas de se regrouper en bandes ou firmes informelles comme la Casual Firm, le Commando Loubards ou encore la Milice. C’est parmi les indépendants de Boulogne qu’on compte les hooligans les plus virulents et les plus fachos du PSG. []
  5. en 2010 trois groupes de supporters sont dissous, par ailleurs le plan LeProux institue le placement aléatoire, ce qui signifie que les abonnés ne peuvent plus choisir où ils s’installent dans leur tribune et ne peuvent plus se rassembler pour faire vivre leur groupe de supporter []

Solidarité avec la Palestine : éviter l’EPIC FAIL

Poursuivant sa politique coloniale toujours plus violente, l’État d’Israël mène à l’heure actuelle une offensive militaire de grande ampleur en Palestine. Les morts de civils palestiniens se multiplient par dizaines chaque jour (plus de 500 à ce jour) dont une grande part d’enfants, les attaques israéliennes détruisent les routes, les hôpitaux, les systèmes d’approvisionnement en eau potable…

Face à cette barbarie, un mouvement de solidarité internationale s’est levé et des manifestations se tiennent partout dans le monde. En France, ce mouvement relativement massif, mettant en action de nombreuses personnes issues des classes populaires et notamment issues de l’immigration que l’on n’ a pas forcément l’habitude de côtoyer dans notre militantisme quotidien, est porteur d’espoir et plein de potentiel. Hélas, il est aussi gangréné par tout un tas de facteurs, porteur de risques majeurs et de difficultés diverses. Entre le racisme impérialiste et le danger antisémite, la place des antifascistes est souvent inconfortable. Pourtant, leur rôle est primordial et il est capital d’éviter un grand nombre d’écueils.  Loin de prétendre détenir les clés de ce qu’il faut faire, FailFaf vous propose ci-dessous une liste de 10 points nous paraissant cependant nodaux pour éviter un FAIL complet dont sortiraient vainqueurs les sionistes mais surtout les fachos antisémites.

1/ Détermination face au colonialisme et au racisme en Palestine ou ailleurs

La solidarité avec la population palestinienne en butte au racisme et au colonialisme les plus brutaux doit être une évidence pour tout antifasciste. Les antifascistes ont toute leur place à prendre dans ce combat parce qu’il est intrinsèquement le nôtre mais aussi pour qu’il le reste pleinement, pour que la lutte en solidarité avec les palestiniens soit la lutte contre le racisme et le colonialisme, contre les armées impérialistes, pour la solidarité internationale entre les peuples et non une lutte pour le respect du droit international (qui est celui des oppresseurs) ou pire, celui contre les juifs, un soi-disant complot sioniste ou autre connerie sentant le facho à plein nez. Les antifascistes ne doivent pas seulement participer à ces mobilisations, ils doivent en être à l’initiative et à l’animation, les nourrir idéologiquement… La tentation existe de se tenir loin de cette poudrière, notamment de se tenir à distance de tout risque de croiser des antisémites. Ce serait à coup sûr plus confortable mais totalement irresponsable ; là où il y a agression coloniale et raciste, les antifascistes doivent être en première ligne, là où des réactionnaires peuvent tenter de venir récupérer nos combats, les antifascistes doivent être là pour leur botter le derrière.

2/ Sans concession face à l’antisémitisme

On ne peut pas se contenter d’estimer que cela va de soit car la réalité nous donnerait tord, il faut en chaque occasion rappeler que notre combat n’a rien à voir avec l’antisémitisme, que les antisémites ne sont pas les bienvenus à nos côtés et qu’ils ne le seront jamais. Condamner l’antisémitisme sous toutes ses formes est une nécessité qui doit se traduire en acte. Au-delà des discours de début de manifs, nous devons être vigilants et ne tolérer aucune parole, aucun symbole antisémite dans nos manifs. Nous devons dénoncer et combattre sans relâche tous ceux qui diffusent de l’antisémitisme sous couvert de solidarité avec Gaza.

3/ « Barrière de protection » sur nos manifs

On va passer pour des flics mais on s’en fout, oui on pense qu’il faut un service d’ordre dans nos manifestations en solidarité avec la Palestine et même que les antifascistes doivent en initier et en animer. Il ne s’agit pas de vouloir réguler ou tenir sages les manifestants, il s’agit simplement de maintenir un minimum d’hygiène politique. C’est à dire ne pas faire le tri des manifestants en fonction de leur ligne politique ou de leur mode d’action mais empêcher toute forme de racisme, notamment antisémite dans nos rangs. Un tel SO doit être en capacité de repérer tout risque de débordements de ce type, si nécessaire de dégager physiquement des groupes fachos qui polluent nos manifs par leur antisémitisme mais aussi de s’interposer et protéger (si besoin seulement) d’éventuelles cibles d’actes antisémites (magasins « juifs » ou considérés comme tels, synagogues…). Par ailleurs, et comme dans toute manif, le SO peut permettre de protéger les manifestants contre des dangers extérieurs (principalement les flics, voir une charge de fachos type LDJ) mais aussi intérieurs.1

4/ saisir l’occasion pour parler, nouer des liens

Ne nous voilons pas la face, le mouvement antifasciste comme le mouvement militant dans son ensemble, est trop souvent majoritairement une affaire d’hommes blancs hétérosexuels des classes moyennes et des centres villes. Dans ces manifestations, nous côtoyons une population sensiblement différente de la majorité des manifestations habituelles, plus populaire avec plus de personnes venues des quartiers-ghettos, issues de l’immigration… Il faut saisir cette occasion pour discuter, polémiquer et nouer des liens pour l’avenir. Ceci est y compris valable pour des gens « antisémites d’apparence ». Quelqu’un promenant dans la manif un ananas (symbole antisémite de Dieudonné) ou scandant un slogan contre les juifs, n’est pas forcément un facho, un antisémite convaincu. Aussi hallucinant que cela puisse paraitre à un militant, il peut s’agir d’une preuve de dépolitisation absolue, de bêtises absorbées sur Youtube sans se poser de questions. Et dans les faits, on a vu dans plusieurs manifestations ces derniers jours des militants antifascistes aller parler avec de telles personnes et les convaincre rapidement (convaincre, pas forcer) de jeter leur ananas ou de remplacer « Juifs assassins » par « État d’Israël assassin » dans leurs slogans, et même de prendre contact avec des organisations antifascistes, de s’excuser… Bien sûr, il ne faut pas être naïf, en allant ainsi discuter on tombera parfois sur de gros connards sciemment antisémites, auquel cas, retour au point 3 et aux coups de pieds dans le cul, sans hésitation !

5/ Ne pas céder aux manipulations ni aux obsessions

La LDJ est un groupe raciste et violent, de vrais fachos passant leur temps à parader. Il est légitime que les antifascistes, comme beaucoup d’autres, aient envie de ne pas manquer une occasion de leur démancher la tête. Pourtant, la LDJ sont de purs mythomanes doublés de manipulateurs dont le talent est décuplé par la complaisance médiatique et politique à leur égard. Leur nouvelle stratégie, pleinement assumée, consiste à provoquer les manifestants pro-palestiniens puis se tenir devant les synagogues, attendant d’être attaqués pour pouvoir se faire passer pour des héroïques victimes d’attaques antisémites contre le lieu de culte qu’ils auraient défendus. Cette méthode semble porter ses fruits et renforce bien évidemment, les éléments réellement antisémites dans nos manifs, trop heureux de trouver là un prétexte gratuit pour balancer un cocktail sur une synagogue.

Palestine : Capture d'écran du site de la LDJ

Capture d’écran du site de la LDJ

Alors plutôt que de jouer leur jeu, il serait plus intelligent de convaincre les manifestants de ne pas tomber dans le panneau et de ne pas répondre à leurs provocations. De toute façon on sait bien qu’à l’heure actuelle la LDJ est une bande de mythos tout juste bons à agresser en groupe des arabes ou des militants isolés et qu’ils se font plier chaque fois qu’ils rencontrent une réelle opposition, comme rue de la Roquette. S’ils en ont marre de faire les plantons devant les synagogues, ils n’auront qu’à se pointer sur nos manifs où leur casser la gueule sera un plaisir sans cesse renouvelé.

Par ailleurs, on voit ces  temps-ci croitre une certaine obsession pour la LDJ. Rien ne sert de leur faire de la pub et, s’il est pleinement légitime de dénoncer leurs agissements de fachos, il est contre-productif de focaliser sur ces quelques dizaines de gus. Certes, ils bénéficient d’appuis (comme l’UEJF) et de relais efficaces dans les média et chez les dirigeants politiques, mais c’est plus par convergence de point de vue que par influence et ils ne pèsent pas grand chose actuellement, comparé par exemple au gouvernement, réel appui en France de la politique sioniste Israëlienne ou comparé aux fachos antisémites Dieudo-Soraliens et aux milieux qu’ils influencent. On a vu lors de la manifestation de samedi 19/07 à Barbès combien les incessantes rumeurs d’arrivée de la LDJ se sont avérées dangereuse (notamment quand des manifestants croyant les y trouver se sont engouffrer dans la souricière qu’était la station de métro), inutiles et désorganisatrices. Surtout, surévaluer sans cesse le poids de la LDJ ne peut que faire le jeu des fachos adeptes des théories conspirationnistes pseudo antisionistes qui essayent de faire croire que la LDJ (et le CRIF) dirigent la société en secret. Combattons la LDJ autant que nécessaire mais en faisant gaffe de ne pas les renforcer ni de renforcer les antisémites qui se servent d’eux.

6/ Ne pas céder au chantage

Certains, bien ou mal intentionnés, essayent de nous persuader que notre militantisme internationaliste en solidarité avec le peuple palestinien a beau être légitime, il faudrait le mettre sous le tapis car il facilite l’émergence de l’antisémitisme. D’autres, moins caricaturaux, expliquent qu’il ne faudrait pas faire de manifs dans les quartiers populaires (entendre « là où vivent les méchants arabes antisémites ») car ce serait favoriser les « dérapages » ou qu’il ne faudrait pas en faire dans les communes à forte population juive car ce serait une provocation. Mais taire, contenir, limiter notre colère et notre solidarité serait un merveilleux double cadeau, que ce soit aux soutiens de la politique coloniale et raciste israélienne ou aux antisémites qui tentent de détourner et récupérer la lutte et à qui on laisserait le champs libre ! Au contraire, notre solidarité doit s’exprimer partout, sous toutes les formes, nous devons occuper l’espace, ne rien céder ni aux antisémites ni aux sionistes.

7/ Prendre du recul face aux informations

Voilà une tâche qui parait élémentaire, en tout temps et sur tous les sujets. Cependant, ce n’est pas toujours si simple, surtout sur des questions mettant en jeu nos émotions, quand l’affect brouille la lucidité, surtout sur internet où les informations défilent à une vitesse nucléaire (l’auteur de ces lignes en sait quelque chose, s’étant déjà fait prendre), surtout sur un sujet comme celui-ci, particulièrement exposé aux intoxs, aux tentatives de manipulations de tout bord.

Le soi-disant journaliste Frédéric Haziza pris en flagrant délit de bidonnage et de mensonge.

Le soi-disant journaliste Frédéric Haziza pris en flagrant délit de bidonnage et de mensonge.

Il faut à tout prix redoubler de vigilance pour ne pas involontairement servir nos adversaires quels qu’ils soient. Il est bien trop courant de voir des camarades, sincèrement antifascistes, diffuser sur internet des sources d’informations de conspirationnistes plus ou moins directement antisémites, de faire de la pub à des sites soraliens… à l’inverse d’autres camarades (voir parfois les mêmes) auront vite fait de propager des accusations d’antisémitisme mensongères, issues de montages grossiers de celles et ceux qui veulent salir la mobilisation. Nous devons agir avec circonspection et sang froid, ne diffuser que des informations vérifiées, sourcées…

8/ Populariser l’internationalisme et la Lutte des classes

Parce que le fonctionnement des choses est souvent obscur pour le néophyte, les discours obscurantistes réduisant ce qui se passe en Palestine à une guerre entre israéliens et palestiniens, voir à une guerre de religion entre juifs et musulmans ou à une guerre entre occidentaux sionistes et « monde arabe » ont toujours le vent en poupe. La collaboration de classe, le nationalisme, le repli religieux et l’antisémitisme s’en portent bien, merci pour eux. Face à ces discours réducteurs, nous devons inlassablement diffuser notre propagande antifasciste, internationaliste et lutte des classes. Pour cela nous devons nous appuyer sur des exemples concrets, trop méconnus du grand public et que nous avons le devoir de populariser. Il faut ainsi populariser les israéliens qui luttent contre l’occupation et qui, en Israël même, se heurtent à la violence physique de l’extrême-droite comme samedi 19 à Tel Aviv et Haïfa, notamment l’ensemble des organisations formant le Hadash, Michel Warschawski … Il faut populariser les luttes menées main dans la main par des Palestiniens et des Israéliens, comme celles auxquelles prennent part les anarchistes contre le mur, celles de Ta’Ayush ou de l’Alternative International Center. A l’inverse, il faut rappeler que la société palestinienne, bien que son organisation de classe soit parasitée par l’occupation coloniale, n’est pas homogène, que le Hamas et le Fatah ne servent pas les intérêts du peuple palestinien mais celui de leur caste petit-bourgeoise et de puissances étrangères. Qu’au contraire de nombreux mouvements palestiniens qui luttent activement contre l’occupation, sont laïques, féministes, internationalistes, défendent une vision lutte des classes … qu’il s’agisse d’organisations politiques (comme le FPLP, voir le FDLP), d’organisations militaires (Brigades d’Abou Ali Moustapha), ou d’organisations culturelles (du type du théâtre de la liberté de Jénine). Il faut également rappeler que de nombreuses organisations juives luttent pour la libération de la Palestine (comme l’UJFP), que les dirigeants bourgeois qui affirment leur solidarité avec les palestiniens les trahissent toujours devant les intérêts économiques, tel Erdogan. Bref on ne va pas citer tous ces exemples d’internationalisme et de lutte des classes en actes qu’il faut populariser et utiliser pour démonter l’idée que les israéliens ou les juifs seraient coupables !

9/ Combattre son propre impérialisme

Le comportement du gouvernement français, soutenant l’offensive Israélienne (espérant juste de « la retenue »), muselant les manifestations de solidarité, souillant les commémorations de la rafle du Vel’ d’hiv en faisant passer les habitants des quartiers populaires pour des antisémites, les antisionistes pour les nazis d’aujourd’hui, provoque forcément un ressentiment légitime et violent chez tous les soutiens des palestiniens. Le problème, c’est que quand ce ressentiment n’est pas théorisé politiquement, il rend perméable à des idéologies absolument nauséabondes. Un des axes de pénétration de l’antisémitisme sous couvert d’antisionisme est un complotisme protéiforme. Ainsi, nombre d’antisémites affirmeront que ce comportement du gouvernement français est la preuve d’un complot ou d’une domination (au choix et cumulables : ) des juifs, des israéliens, du Mossad, du Crif, de la LDJ… qui domineraient le monde et tiendraient l’État Français et l’occident dans son ensemble sous sa botte.

Nous devons évidemment faire nôtre le slogan « État d’Israël assassin, Hollande complice » afin de dénoncer le comportement dégueulasse de l’État Français. Mais au-delà, nous devons en expliquer les raisons ; le racisme inhérent à l’État Français, la diabolisation des classes populaires pour mieux les opprimer et surtout la collusion impérialiste des principales puissances. Car effectivement, il existe un axe USA-UE-Israël, mais ce ne sont pas les principales puissances européennes et US qui sont à la botte d’Israël ou des juifs par pure raison idéologique « sioniste » ou par complot. Au contraire, Israël et sa politique sont un élément majeur de la domination mondiale pour ces grandes puissances capitalistes. Il faut détricoter et expliquer les alliances économiques, marchandes, géostratégiques. Expliquer en quoi l’impérialisme et le colonialisme sont des rouages nécessaires du capitalisme mondial, rappeler que l’action impérialiste de la France (par exemple) ne s’arrête pas à la Palestine mais qu’elle s’étend sur une bonne partie de l’Afrique et de l’Asie (en s’appuyant sur les cas récents du Mali, de la Centrafrique, de la Côte d’Ivoire …), démontrer que là-bas il est impossible de lier l’action néocoloniale des capitalistes français à Israël ou aux juifs mais qu’on y défend évidemment les intérêts économiques français (Areva, Bouygues, Total…), tout comme la France ou les USA ont des intérêts économiques (en plus de géostratégiques) dépendant directement de l’occupation israélienne de la Palestine. En tant que militants en France, nous devons évidemment dénoncer l’ignominie de l’État israélien, mais notre première tâche est de combattre notre propre impérialisme; notre gouvernement et les groupes capitalistes français.

10/ offrir des cibles

Les militants antifascistes ne peuvent intervenir dans les mobilisations de solidarité avec le peuple palestinien d’un point de vue purement théorique. Si des personnes n’étant pas particulièrement antisémites à la base en viennent à vouloir s’attaquer à des symboles juifs, c’est aussi parce qu’ils peuvent les considérer comme des symboles Israéliens, ignorant même parfois l’existence de réels symbole du gouvernement israéliens et de l’appui que lui fournit l’État Français. Si nous n’intervenons qu’en disant que c’est mal, en expliquant pourquoi et en l’empêchant (ce qu’il faut encore une fois absolument faire), nous risquons d’être pris pour des moralistes, cherchant à canaliser voir minorer la colère. Si au contraire nous agissons en force de proposition, prenons l’initiative d’actions et proposons des cibles pertinentes en expliquant pourquoi, nous avons plus de chance d’être écoutés et suivis. Les cibles ne manquent pas, il y a évidemment comme cibles les plus pertinentes et comme nous y appelle le FPLP, les ambassades et consulats israéliens, il y a les administrations françaises, en particulier liées au ministère des affaires étrangères et à l’intérieur, il y a les entreprises françaises faisant leur beurre en Israël et dans les colonies (par exemple celles citées ici), les organisations clairement sionistes comme le CRIF ou la Fondation France Israël, les organismes de coopération commerciale, scientifique…

  1. lors de la manifestation interdite de samedi à Barbès, de nombreux présents participaient à leur première manif chaude et, involontairement, mettaient en danger eux-même et ceux avec lesquels ils manifestaient. Par exemple en s’enfournant dans des souricières, en se bloquant les points de fuites en érigeant des barricades mal placées, en allumant des feux mal réfléchis, près d’arbres, d’objets hautement inflammables ou dangereux… Un Service d’Ordre intelligent se doit alors non pas de venir faire le moraliste ou le flic mais de jouer un rôle de conseil, de partage d’expériences. []

LDJ : Attaque antisémite de la synagogue FAIL

Les journaux se sont massivement fait l’écho d’incidents en marge de la  manifestation de solidarité avec le peuple palestinien qui s’est tenue à Paris le 13 juillet. Les récits convergent tous vers une même version, la plus précise et détaillée de la presse mainstream étant probablement celle de Mathieu Deslandes sur Rue89. Ainsi, des islamistes auraient mené une attaque contre la synagogue de la Roquette en hurlant des slogans antisémites. Le but de cette propagande, car c’en est une, est évidemment de salir la mobilisation légitime en soutien au peuple palestinien en faisant passer ces mobilisations pour des repaires de barbus antisémites. Mais au-delà, il y a un travail de plus grande ampleur en cours : la construction d’une obsession autour de ce que l’extrême droite sioniste type LDJ appelle les nazislamistes et que les islamophobes de gauche nomment généralement le fascisme vert. L’idée globale serait d’amalgamer la communauté musulmane à une entité islamiste antisémite, qui représenterait un danger fasciste pour notre démocratie, danger égal ou bien supérieur à celui de l’extrême droite suivant les versions.

Mais il y a un hic. Car effectivement, il y a des musulmans dans les manifestations en soutien avec le peuple palestinien et il arrive que certains ne cachent pas cette appartenance religieuse. Effectivement, il y a régulièrement des manifestants qui soutiennent les organisations islamistes réactionnaires et antisémites comme le Hamas, c’est là un problème aux explications variées.1 Par contre, nous n’avons pas trouvé une seule vidéo ni un seul témoignage crédible concernant des parts significatives (il y a hélas toujours le risque d’un ou deux connards d’antisémites noyés dans la masse) de la manifestations beuglant des slogans antisémites tel « mort aux juifs » que certains citent.

Rappelons quelques vérités :

1/ Il n’y a jamais eu d’attaque d’une synagogue, rue de la roquette. Des affrontements ont bien eu lieu devant cette synagogue, mais ce sont les fachos de la LDJ qu’attaquaient une partie des manifestants, pas la synagogue.

2/ Ce ne sont pas des manifestants pro-palestiniens qui ont choisi d’aller se battre devant une synagogue, c’est la LDJ qui a organisé son rassemblement devant cette synagogue dans le but unique d’en découdre. Les captures d’écrans réalisées par Al Kanz en témoignent, les militants de la LDJ ont appelé les pro-palestiniens à venir se battre devant la synagogue, les affrontements tout comme leur lieu ont bien été décidé par la LDJ dans un but d’instrumentalisation.

3/ Ne se contentant pas d’attendre un éventuel affrontement, les fachos de la LDJ sont allés provoquer les manifestants en se postant sur le bord du parcours pour les insulter et leur envoyer des projectiles, comme en témoigne cette militante de l’Union Juive Française pour la Paix.

4/ Comme on peut le voir sur cette vidéo (on se serait passé des commentaires !), la LDJ ne change pas. Le 13 juillet, ce ne sont pas de simples juifs lambdas désarmés qui ont été attaqués par des antisémites islamistes mais bien une milice armée, d’une organisation d’extrême-droite, raciste et violente, interdite pour ces raisons en Israël et aux USA, prenant l’initiative de l’offensive contre des manifestants pro-palestiniens qui leur foutent une branlée bien méritée. Leurs slogans tels « Palestine on t’encule » sont un écho aux « Sales nègres, sales arabes » qu’on les voit gueuler sur d’autres vidéos du mois dernier (que je n’intègre pas car elles viennent d’un facho antisémite). Ce qui a peut-être changé par rapport à l’époque ou le Betar-Tagar représentait un réel danger physique dans les années 80, c’est la rapidité avec laquelle ils doivent courir se réfugier derrière les CRS, incapables d’assumer physiquement les provocations auxquelles ils se livrent.

 

Cet article ne sert pas seulement à montrer aux petits cons de la LDJ que ça ne sert à rien de faire les cacous sur internet, ni uniquement à dévoiler la grossière manipulation médiatique orchestrée par l’extrême droite sioniste. Il s’adresse également à tous les antifascistes sincères qui ont immédiatement relayé l’information d’une synagogue attaquée par des manifestants pro-palestiniens antisémites, sans la vérifier. Oui, il y a régulièrement des problèmes d’antisémitisme dans les manifestations en soutien au peuple palestinien, oui il y a dans certaines villes, des organisations purement réactionnaires qui s’infiltrent dans nos manifs. Oui, c’est un vrai problème que les antifascistes doivent dénoncer et oui il faut s’attaquer à ce problème y compris physiquement pour préserver le caractère progressiste et antiraciste (donc y compris contre l’antisémitisme) de nos manifs.

Cependant, ce problème est strictement minoritaire, la grande majorité des manifestants étant là pour se battre contre une occupation coloniale, contre un apartheid raciste, contre des bombardements et une sale guerre continue depuis 7 ans, pour le droit au retour des réfugiés palestiniens… Les média et organisations réactionnaires qui tentent de focaliser l’attention sur quelques connards d’antisémites quitte à en passer par des manipulations telles que cette soit-disant attaque de synagogue poursuivent un but opposé à celui des antifascistes, notre devoir est de ne pas tomber dans le panneau et de ne pas leur servir la soupe. Les connards qui instrumentalisent le combat pour le peuple palestinien pour passer leur message facho et antisémite et les connards qui instrumentalisent ces derniers pour faire passer pour antisémites tous les militants pro-palestiniens, tous les musulmans et toutes les personnes issues de l’immigration sont la même engeance, combattons l’extrême droite d’où qu’elle vienne !

Banderole contre le sionisme et le fascisme, lors de la manifestation antifasciste du 9 février 2014 à Paris

Manifestation antifasciste du 9 février 2014 à Paris

Shireen Said, dirigeante du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) à Gaza

Shireen Said, dirigeante du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) à Gaza

Manifestation du Front Démocratique de Libération de la Palestine (FDLP) à Naplouse.

Manifestation du Front Démocratique de Libération de la Palestine (FDLP) à Naplouse.

Cortège du Parti Communiste Israélien lors d'une manifestation israélienne contre l'occupation à Tel Aviv.

Cortège du Parti Communiste Israélien lors d’une manifestation israélienne contre l’occupation à Tel Aviv.

 

Anarchists against the wall, organisation anarchiste israélienne s'attaquant au mur de la honte !

Anarchists against the wall, organisation anarchiste israélienne s’attaquant au mur de la honte !

45ème anniversaire du FPLP

Juste avant de poster, nous sommes tombé sur cet article intéressant de Quartiers Libres qui nous ont devancé.

  1. Parmi les slogans de soutien au Hamas, il en est évidemment quelques uns qui émanent de militants islamistes réactionnaires en solidarité politique réelle avec le Hamas, ceux-là sont évidemment à dégager de nos manifs. Mais bien souvent, ces slogans viennent de jeunes très peu politisés pour qui le Hamas est le seul organe de résistance à l’occupant sioniste. La faute à qui ? Peut-être entre autre à l’impérialisme occidental qui a aidé le Hamas à s’imposer comme principale force de résistance en détruisant les mouvements laïques et progressistes, en s’attaquant avec virulence aux organisations marxistes palestiniennes ? Peut-être entre autre au Fatah et aux forces « démocratiques » « modérées » qui n’ont eu de cesse de trahir cette résistance ? Peut-être entre autre aux institutions internationales qui, en bons outils de l’impérialisme ne font rien pour le peuple palestinien ? Peut-être encore aux média français qui ne parlent de la Palestine qu’en terme de conflit entre Israël et le Hamas, confortant ceux qui condamnent la politique israélienne à soutenir le Hamas ? Probablement également aux organisations révolutionnaires françaises, incapables de populariser dans les milieux populaires les mouvements progressistes de résistances, qu’ils soient palestiniens ou israéliens ? Face à celles et ceux qui clament leur soutien au Hamas par pure ignorance, nous devons faire preuve de pédagogie et de propagande pour démontrer que les réactionnaires du Hamas vont à l’encontre des intérêts du peuple palestinien comme de ceux du peuple israéliens. []

Pieds de nez WIN

Ils surgissent régulièrement sans crier gare (ni aéroport), sans raison particulière, sans signification, simplement ils sont là. On ne peut en tirer aucune conclusion, juste s’en amuser, ce sont les pieds de nez.

L’actualité vient de nous en fournir deux dont on ne va pas se priver.

Le premier pied de nez n’est pas tout à fait d’actualité puisqu’il date de 1935, mais il n’est connu que depuis les années 1990 et vient de resurgir dans l’actualité. Il n’est pas non plus totalement sans raison puisqu’il a alors été provoqué par un photographe facétieux, mais pour autant c’est bien du hasard qu’il est le fruit.

En 1935, le département de propagande nazie lance un concours dont le but est de trouvé la photo de bébé qui sera mise à la une de la presse nazie pour illustrer le parfait aryen. La photo choisie fut celle de Hessy Taft, juive d’origine lituanienne dont un photographe berlinois avait sciemment glissé une photo dans le lot qu’il avait envoyé aux hommes de Goebbels !

Hessy Taft : le modèle aryen était juive

Hessy Taft : le modèle aryen était juive

L’interview de l’aryenne modèle juive est ici.

Si sur FailFaf les résultats sont immédiats, c’est vendredi dernier que l’Éducation Nationale dévoilait les résultats du bac. La meilleure bachelière de France vient de Villers-Cotterêts, ville passée au FN cette année. On peut s’imaginer la joie du nouveau maire frontiste apprenant la nouvelle, la meilleure bachelière de France dans sa commune, c’est la garantie d’une publicité sans frais.

Sauf que la petite génie en question vient de la cité Dumas, qu’elle s’appelle Myriam Bourhail et qu’elle a la double nationalité franco-marocaine ! Ajoutons à cela que quand son père envisage l’avenir de Myriam Bourhail, il prend pour exemple un ancien maire … socialiste. Franck Briffaut, s’il est tenté de surfer sur la médiatisation de l’exploit de la lycéenne devra se rappeler les propos de la présidente de son parti, tenus le 29 juin sur le plateau d’I-télé :

Il faut maintenant mettre fin à la double nationalité. Il faut choisir : on est Algérien ou Français, Marocain ou Français, mais on ne peut pas être les deux (…) il faut arrêter l’immigration.

Un beau pied de nez : Myriam Bourhail, meilleure bachelière 2014, avec son père

Myriam Bourhail, meilleure bachelière 2014, avec son père