Archives mensuelles : février 2014

Gauche de la gauche FAIL

Sur ce blog, il est souvent question des groupuscules fascistes et du Front-National, ce qui est logique pour un blog antifasciste. Il a régulièrement été question également du PS et de l’UMP car la perméabilité de ces organisations aux idées d’extrême-droite est d’autant plus visible qu’elles sont au pouvoir (nationalement ou localement) et appliquent donc régulièrement directement le programme de l’extrême-droite.Il est heureusement plus rare que nous parlions ici de ce qu’on appelle la gauche de la gauche, celle qui est soit clairement anticapitaliste, soit tenant du moins un discours d’opposition à la classe dominante, qui devrait être le seul vrai rempart à la montée des idées fascisantes.

Hélas, cette gauche là n’est pas pour autant exempte de toute perméabilité, loin s’en faut. Ce n’est d’ailleurs pas nouveau que les organisations se revendiquant peu ou prou du mouvement ouvrier soit perméables à des idées pourtant à l’opposé de leurs valeurs officielles, idées racistes, antisémites, xénophobes, homophobes, sexistes… De l’antisémitisme et du sexisme de la plupart des socialistes utopiques français du 19è à la CGT qui expulse les sans-papiers de la bourse du travail à coup de matraque et de bombe lacrymo en juin 2009, en passant par le maire PCF de Vitry qui attaquait le foyer SONACOTRA au Bulldozer en 1980, les exemples historiques ne manquent pas.

Paul Mercieca, maire PCF de Vitry qui a détruit un foyer Sonacotra à Noel 1980.

Paul Mercieca, maire PCF de Vitry qui a détruit un foyer Sonacotra à Noel 1980.

Notre but n’est pas de faire la liste exhaustive des manifestations actuelles de cette perméabilité mais d’en donner deux-trois exemples contemporains pour rappeler qu’elle existe toujours et que ce n’est pas admissible dans notre camp social, pour appeler à la plus grande vigilance de toutes les organisations et tous les individus se reconnaissant un lien quelconque avec le combat anticapitaliste pour l’émancipation de la classe ouvrière et des opprimé-e-s.

L’association altermondialiste ATTAC a par exemple de nombreuses sections qui ne sont pas toujours au clair sur la question des alliances, ayant parfois tendance à croire que tous ceux qui combattent la mondialisation sont des alliés parce qu’ anti-libéraux. Nikonoff, ancien président d’ATTAC, représente à merveille cette dérive, en étant arrivé à défendre avec son parti le M’Pep, l’alliance des souverainistes de gauche comme de droite. Il a ainsi appelé à voter Dupont-Aignan lors des législatives 2012 et co-organisé plusieurs manifestations avec l’UPR d’Asselineau. Cette dérive ne peut évidemment pas être imputée à ATTAC qu’il a quitté, mais le fait d’avoir été président d’ATTAC fait qu’il lui reste du réseau et de l’influence au sein d’ATTAC. Ainsi, des membres et sections d’ATTAC ont comme lui des sympathies marquées pour l’extrême-droite souverainiste. En témoigne par exemple la section nîmoise d’ATTAC qui, sur son site, invite par lien à se rendre sur la page de l’UPR et à visionner une conférence d’Asselineau. Un autre lien récurrent entre des sections d’ATTAC et l’extrême-droite, c’est Etienne Chouard, qui s’est fait connaître pour son engagement contre le traité européen en 2005.

Conférence d'Etienne Chouard par Attac 51

Conférence d’Etienne Chouard par Attac 51

Pour ne pas s’attarder sur les liens individuels, on se contentera ici de signaler deux initiatives prises par des sections entières d’ATTAC. Ainsi, ATTAC 51 a organisé une conférence avec Chouard en 2011. L’année suivante c’est la section bisontine d’ATTAC qui a organisé une conférence avec le même Étienne Chouard, avant de l’annuler sous la pression des antifascistes locaux mais tout en disant clairement ne pas voir le problème avec Chouard. Les liens d’Étienne Chouard avec l’extrême-droite (soralienne, conspirationniste, souverainiste…) sont depuis longtemps établis, mais pour celles et ceux qui douteraient encore, il suffit de jeter un œil sur le graphique publié sur le blog spanishbombs ainsi que sur les deux articles l’accompagnant (ici et ici).

Le principal lien entre le PCF et l’extrême-droite prend actuellement sa source dans la mouvance stalinienne et post-stalinienne qui gravite au sein du PcF et dans son orbite. Cette mouvance qui se considère héritière de la résistance et donc l’incarnation même de l’antifascisme fait généralement montre d’un souverainisme doublé d’un campisme primaire qui l’amène à fricoter allègrement avec ceux qu’elle considère comme anti-impérialistes, ou opposant à l’UE, quand bien même il s’agit de personnes sulfureuses. Le pire, c’est que ce sont donc souvent les sensibilités du pcf qui se veulent garantes du maintien de la filiation communiste qui sont le plus concernées. On ne va prendre qu’un exemple ici car il est emblématique : Michel Collon. Ce militant belge, issu du maoïsme et du stalinisme, se définit comme un ré-informateur en guerre contre les média mensonge et contre l’impérialisme et le sionisme. Sous couvert de ces combats d’apparence tout à fait respectables, Collon collabore avec un tas de fachos notoires (voir notamment ici, ici et ici). Et bien le même Collon travaille en France avec un tas d’organisations se revendiquant du communisme (comme le PRCF de la puante Annie Lacroix-Riz ou le Front Syndical de Classe)… et de nombreuses sections du PCF lui assure sa pub ! Par exemple la section de Hellemmes, la section de Poitiers, ou la fédération 69. Une fédération du Rhône décidément sulfureuse puisqu’elle se fait aussi le relais de la campagne municipale du conspirationniste notoire René Balme (pour rappel sur qui est René Balme, lire par exemple cet article d’Ornella Guyet), relais qui n’a par ailleurs rien d’étonnant quand on sait que les élus PCF de Grigny soutiennent cette candidature de Balme pour les municipales 2014. Le site du PCF bassin d’Arcachon est un véritable cas d’école du stalinisme comme lien entre l’extrême-droite et le PCF. Vous aurez du mal à y croire en y arrivant, mais la mocheté du site (et encore, ce n’est rien comparé à de nombreux sites de la mouvance, cliquez sur les liens pour voir) est son défaut le moins grave. Parmi les liens du site, au milieu de plusieurs tout a fait irréprochables (CQFD, Acrimed…), on trouve toute la flopée de réseaux staliniens du PCF mais aussi plusieurs sites clairement d’extrême-droite (celui de Collon, du comité Valmy, de ReOpen911…). Le contenu du site est à l’avenant. On trouve quelque articles tout a fait corrects, une grande majorité de logorrhée stalinienne et aussi des articles franchement ultra-réactionnaires, comme ceux s’opposant avec virulence à la régularisation des sans-papiers et à l’abolition des frontières. Un des faits d’actualité récents qui illustrent parfaitement le racisme sous-jacent du PCF Bassin d’Arcachon, c’est l’affaire Léonarda Dibrani, véritable obsession de ce site.

Si le maillon faible du PcF se trouve quelque part dans un trop lourd héritage historique et un trop gros dogmatisme simpliste, le problème peut être inverse pour d’autres organisations qui existent depuis peu et se veulent comme faisant du nouveau, comme brisant les vieilles barrières idéologiques issues du passé pour construire du neuf et unir des gens issus de traditions différentes. C’est le problème qu’on peut retrouver avec des organisations comme la Fase, le NPA ou le PG. Ces organisations manquent souvent de repères théoriques et historiques, de ciment idéologique. Elles regroupent des militants issus d’univers différents et pas toujours très formés, de plus elles ont une tendance à se cramponner à chaque poids lourd de la politique locale qu’elles peuvent recruter. Cette dernière raison, on la retrouve totalement dans les explications embarrassées du parti de Gauche au moment où était soulevé le cas Balme (voir cet article sur StreetPress). Notons que Balme, candidat se revendiquant toujours du Front de Gauche pour les municipales 2014, bénéficie toujours du soutien du PG local. A Grigny, c’est le côté cacique dont il est dur de se passer qui joue, gageons que c’est plutôt l’autre faiblesse sus-citée qui gangrène le PG Savoie. Sur leur site internet, ils veulent « marier les concepts » du Front de Gauche et du plan C d’Étienne Chouard, leur page Facebook quant à elle compte un certain nombre de joyeusetés sur les complots de l’élite sioniste.

Un petit logo Front de Gauche sur le site de campagne de René Balme

Un petit logo Front de Gauche sur le site de campagne de René Balme

Le NPA dans sa diversité et son bordel ambiant, n’est pas épargné. Il suffit de regarder le blog du NPA Troyes-Aube pour s’en convaincre. Dans les liens de ce blog (au milieu de pleins de trucs sympa) on retrouve des trucs foireux comme Chouard ou le Réseau Voltaire. Pire, quand on s’attarde sur le contenu, on trouve des interventions de plusieurs personnes d’extrême-droite comme l’inévitable Collon, le conspirationniste Meyssan, ou encore pour rester aux têtes connues l’UPR d’Asselineau !

[EDIT] Suite à plusieurs contacts reçus : – le blog dénoncé ci-dessus n’est pas le blog du comité NPA de l’Aube qui est celui-ci.

                                                                      – personne ne semble savoir qui tient le blog dénoncé ci-dessus, cette personne ne répondant pas aux demandes mail émanant du parti dont il se réclame, sans pour autant forcément y appartenir

                                                                            – nous espérons donc que le NPA prendra rapidement les mesures nécessaires pour faire fermer ce blog en passant par canalblog ou par tout autre moyen. Une fois ce blog fermé, nous nous ferons un plaisir de supprimer le § le concernant.

On parlait de caciques locaux, la FASE, composante du Front de Gauche, en connait presque autant que de militants ! Parmi ces caciques, Jacqueline Rouillon est vice-présidente de l’interco Plaine commune, conseillère générale, et maire de Saint-Ouen. En tant que tel, elle n’hésite pas à participer à la politique de chasse aux Rroms qu’elle pratique avec zèle !

Plus que jamais, dans vos orgas ou celles qui partagent vos combats, la plus grande vigilance antifasciste s’impose !

Identitaire à l’université Rennes 2 FAIL

De FdeSouche à Breizh-info, la fachosphère s’agite autour d’un « fait divers : Philippe Perchirin a été « agressé » à l’Université Rennes 2 où il donnait une conférence. On ne s’étonnera pas de les voir s’indigner et diffuser l’information à une telle vitesse avec une telle vigueur, tout en niant que Perchirin soit des leurs, non, on ne s’en étonnera pas. On connait le sens de la cohérence identitaire.

On ne s’étonnera pas non plus que l’Université Rennes 2 laisse un intervenant lié à la mouvance identitaire intervenir sur le campus, trois fois. Après tout, on savait déjà que le progressisme de la direction de cette université s’arrêtait là ou commence la liberté syndicale.

On pourrait éventuellement s’étonner de l’insistance du sieur Perchirin à nier son appartenance à l’Extrême-droite identitaire. Ainsi dans la vidéo diffusée par ouest-france (qui ose appeler « reportage » 1’30 de bla-bla du seul Perchirin, sans rien d’autre, ni commentaire, ni contextualisation ni rien), celui-ci explique être effrayé par le fait que les individus l’ayant agressé (juste un jet d’ammoniac, regardez comme il va bien dès le lendemain) n’aient rien compris à ce qu’il dit et ce qu’il est, se soient basé sur deux liens trouvés sur internet sans en lire le contenu.

 
Perchirin conférencier aspergé d’ammoniac… par OuestFranceFR

C’est tout de même déroutant car effectivement internet laisse des traces. Or ces traces indiquent clairement les liens réguliers de Philippe Perchirin avec la mouvance identitaire, liens qui s’inscrivent qui plus est dans la durée. En novembre 2010, il publiait un premier article sur le site de Riposte laïque, le mois suivant, il participait à Paris à un colloque identitaire. En 2011 cette fois on le retrouve aux coté des identitaires bourguignons. Toujours en 2011, on le retrouve à l’université d’été du bloc-identitaire comme intervenant1. En mars 2012, il était intervenant aux islamophobes assises de la nationalité … organisées par le bloc identitaire. En juin 2012, il écrivait un nouvel article pour riposte laïque…

Alors pas besoin d’aller chercher plus loin ! Toutes les dénégations, toutes les contorsions, tous les débats de fond que l’on veut n’y changeront rien, on a affaire à un gars qui a l’habitude de s’exprimer pour la mouvance identitaire, évidemment pas  pour y porter la contradiction mais qui appartient « au mouvement identitaire »  dont il est « orateur » ! Être Facho, c’est mal, mais ne même pas l’assumer ne sert à rien.

C’est enfin sur un site identitaire breton qu’on trouve ce qu’ils présentent comme le tract de revendication laissé sur les lieux de la conférence. C’est évidemment un pur hasard si ces fachos avec lesquels il n’a aucun lien produisent ce document dès le lendemain des faits !

Le tract de revendication

Le tract de revendication

  1. on notera que le bloc ne cite pas Philippe Perchirin parmi les « invités extérieurs » mais parmi les « orateurs du mouvement identitaire », cette présentation qui est celle de la brochure qu’avait diffusé le bloc identitaire se trouve partout sur le net, sans que Perchirin n’ait rien trouvé à y redire []

Lecteurs, auteurs et militants antifascistes WIN

Personne n’étant venu s’occuper de l’administration de FailFaf depuis un certain temps, j’ai découvert dans les commentaires de quoi faire un article. En réalité, plus que de quoi faire un article, il y avait un article. Un article que j’aurai pu publier tel quel, en ajoutant juste un titre, comme par exemple « Syndicat de police et fachos, inceste FAIL ». Sauf qu’entre temps, un article reprenant ces éléments a déjà été posté sur Bordeaux Bordel, je ne publierai donc pas et me suis contenté de mettre le commentaire à la corbeille.

Alors quel est l’intérêt de ce billet, mis à part de vous faire lire l’article en question?

Disons que l’intérêt est multiple.

D’une part rappeler qu’il y a une myriade de sites antifascistes intéressants.Quand vous allez en haut de page sur failfaf, vous trouvez un lien vers la plateforme antifa-net, vous y trouverez plein de blogs et de sites très utiles, prenez le temps de vous balader sur les onglets.

D’autre part, c’est l’occasion de rappeler que FailFaf n’est pas mort, FailFaf vit encore même si ça ne se voit pas ces temps-ci. En fait il y a même plein de trucs en projet… dont les 3/4 ne se feront sûrement jamais. Et si Failfaf vit, c’est entre autre grâce à ses contributeurs volontaires (comme l’auteur du commentaire en question par exemple) ou involontaires en diffusant des infos que nous récupérons et transformons en billets pour FailFaf. Tous ces gens qui créent et diffusent de l’info, de l’analyse ou divers matériel antifascistes font un travail primordial.

Support your local antifa

Enfin, si FailFaf a été un peu en pause ces derniers temps, c’est surtout parce que ses auteurs ont été bien occupés sur le terrain. Parce qu’internet est un important vecteur de diffusion des idées fascisantes et doit donc être un outil à conquérir par les antifascistes, mais internet n’est qu’un vecteur. Le fascisme, c’est sur le terrain, dans les rapports de productions, dans la lutte des classes qu’il prend racine, qu’il se développe et donc qu’il doit principalement être combattu. Alors lire, écrire et diffuser l’information antifasciste, c’est bien, mener le combat antifasciste au quotidien, au boulot, dans la rue, dans son milieu culturel… c’est mieux ! Si ce n’est fait, prenez contact avec le groupe antifa de votre coin (une liste non exhaustive mais quand même assez complète de liens et contacts se trouve sur le site de La Horde).